LE MAGAZINE D'INFORMATION DU DÉPARTEMENT

Loir et Cher info

ACCUEIL > DOSSIERS > HÉROS DU QUOTIDIEN

Avril 2019

ENGAGEMENT CITOYEN

Sapeur-pompier volontaire ou professionnel ? Cyprien Derache, 30 ans, a choisi la première option puisqu’il est agriculteur de métier. Mathilde Dehan, 33 ans, est l’une des deux femmes professionnelles du centre de secours et d’incendie de Blois. Rencontre.

Cyprien Derache, pompier volontaire depuis 2005. Et Mathilde Dehan, sergent-chef et pompier professionnel à Blois.

ACCOMPAGNEMENT

« Quand je ne suis pas dans les champs, je suis au centre de secours Beauce Sud, j’essaie d’apaiser la peine des gens et de les accompagner au mieux », raconte Cyprien Derache, 30 ans. Céréalier à Binas, il est devenu sapeur-pompier volontaire en 2005. « J’avais un copain jeune sapeur-pompier, un oncle pompier professionnel et une tante pompier volontaire, ça m’a donné envie. » Après des études agricoles, puis un an et demi dans l’armée, il reprend une exploitation avec son père en 2012. En plus de sa formation initiale de premiers secours, il se forme à plusieurs spécialités (secours routier, feu de forêt, etc.).
« C’est un engagement citoyen, tout le monde peut le faire. J’aime découvrir et apprendre de nouvelles choses, le contact avec les gens et la diversité des missions. » Cyprien est également vice-président de l’Union départementale des sapeurs-pompiers (UDSP 41), une association aux missions sociale, de solidarité, de formation du grand public, mais aussi de défense de l’image et des intérêts des pompiers.

IMPLICATION

Jeune sapeur-pompier à 15 ans, puis volontaire à 17 ans, Mathilde Dehan est aujourd’hui, à 33 ans, sergent-chef et l’une des deux femmes professionnelles du centre d’incendie et de secours de Blois Nord. « Je suis d’une famille de policiers, j’aime le côté uniforme, mais c’est un reportage sur les pompiers qui m’a donné envie d’en faire mon métier. » Après un bac scientifique, elle est adjointe de sécurité trois ans dans la police nationale. À 20 ans, elle réussit le concours de pompier professionnel. Mathilde travaille d’abord au centre de secours de Saint-Aignan, puis à Romorantin-Lanthenay. Elle est aussi pompier volontaire à Saint-Romain-sur-Cher et monitrice des jeunes sapeurs-pompiers à Romorantin-Lanthenay. « J’ai du mal à décrocher, dès que j’entends le « deux tons1« , je suis curieuse de savoir ce qui se passe… » Elle suit des formations dès que possible : récemment, c’était un stage de sauveteur aquatique. « J’aime vraiment mon métier, je vais à la caserne avec plaisir, même si parfois, ce n’est pas facile d’être une femme… Certains n’aiment pas que je leur donne des ordres. »
1 – « Pin pon » pour le grand public.

POMPIERS EN HERBE

APPRENTISSAGE

Dans notre département, 245 jeunes de 13 à 18 ans– 66 filles et 179 garçons – se retrouvent chaque semaine, le mercredi et/ou le samedi dans les sections de jeunes sapeurs-pompiers (JSP). Durant quatre ans, ils suivent une formation gérée par l’Union départementale des sapeurs-pompiers de Loir-et-Cher (UDSP 41). Le sport y occupe une large place à côté de cours théoriques et pratiques. Et les adolescents s’initient aux différents aspects de l’activité de pompier. Exemples ? Prévenir les risques de la vie courante, apprendre les techniques d’intervention, adopter la bonne conduite en cas de danger, effectuer les gestes qui sauvent… Pendant ces années d’apprentissage, les jeunes participent aussi à des manœuvres, des défilés et des rencontres sportives. À terme, cette formation ouvre la voie vers une carrière de sapeur-pompier volontaire.

EN SAVOIR PLUS
Les inscriptions se font à la rentrée scolaire.
UDSP 41 – Tél. 02 54 51 54 46
udsp41@sdis41.fr
www.sdis41.fr/recrutement/jeunes-sapeurs-pompiers.html

ÉLÈVES EN FORMATION

Où devenir
« JSP » ?

Une section de jeunes sapeurs-pompiers existe dans quatorze centres d’incendie et de secours : Blois Nord, Blois Sud, Contres, Gièvres, Herbault, Lamotte-Beuvron, Les trois provinces (Noyers-sur-Cher, Saint-Aignan, Saint-Romain-sur-Cher), Montrichard-Val de Cher, Oucques-la-Nouvelle, Romorantin-Lanthenay, Saint-Laurent-Nouan,
Savigny-sur-Braye, Vendôme et Veuzain-sur-Loire.

À MONTRICHARD

Des élèves du collège Joachim-du-Bellay bénéficient d’une formation spécifique de sapeur-pompier. À raison de deux heures de cours et d’une heure de sport par semaine, cet enseignement n’empiète pas sur le programme scolaire classique. D’une durée de trois ans, la formation débute en classe de 4e et s’achève par une année au centre de secours sur la base de trois heures et demie de cours le samedi matin. Ce projet est une initiative de l’adjudant-chef Pascal Faucheux, soutenue par la direction de l’établissement scolaire.

À MONDOUBLEAU

depuis trois ans, les élèves de 4e et 3e du collège Alphonse-Karr sont sensibilisés aux sujets de sécurité civile. On y apprend les bons comportements face aux situations de détresse de la vie courante, mais aussi en cas de catastrophes naturelles ou technologiques. Le Sdis 41 copilote ce projet avec les services de l’Éducation nationale et les personnels du collège. En dehors de ces initiatives, le centre de formation de Vineuil accueille de nombreux élèves : plus de 300 sont venus en 2018 ! Tous ont pu découvrir le métier et s’initier aux gestes de premiers secours.

EN SAVOIR PLUS
Tél. 02 54 51 54 00
sdis41.fr

SUITE DU DOSSIER "HÉROS DU QUOTIDIEN"

Protéger les équipes

La particularité du Sdis de Loir-et-Cher est son maillage opérationnel dense, avec 84 centres de secours pour 330 000 habitants environ. Il s’agit de mon 4e poste de directeur de Sdis, mais c’est le premier dans lequel je vois une volonté aussi spectaculaire de modernisation des équipements.

lire plus

Héros du quotidien

S’il y a bien un univers qui fait rêver les enfants, c’est celui de sapeur-pompier. Nous avons voulu mettre en avant ces femmes et ces hommes de l’ombre qui sauvent des vies tous les jours.

lire plus
Share This