LE MAGAZINE D'INFORMATION DU DÉPARTEMENT

Loir et Cher info

ACTUALITÉS

Juin 2019

un département très nature

TRÉSORS Le Loir-et-Cher compte 28 espaces naturels sensibles (ENS) identifiés, tous propriété et gérés par des structures associatives ou des communes. Depuis dix ans, le Conseil départemental les soutient côté gestion, conservation et valorisation de la biodiversité patrimoniale.

Certains sites ont été aménagés pour une découverte sans perturbation ni dégradation de la faune et de la flore des lieux. Rendez-vous sur val-de-loire-41.com pour découvrir quinze espaces « pépites » aménagés pour l’observation !

Plus d’infos sur nature41.fr

Les ENS abritent des espèces emblématiques

Les pelouses sèches du Vendômois et de la Petite Beauce

Espèce méridionale, l’Ascalaphe ambré fréquente néanmoins le Loir-et-Cher depuis quelques années et s’observe en juin et juillet. Mi-papillon mi-libellule, il se plaît sur les coteaux secs, les habitats un brin arides comme celui de l’Éperon de Roquezon. Il se rencontre aussi sur le site du coteau et marais de Molinas sur sa partie pelouses sèches. La rapidité de son vol et le vrombissement émis par ses quatre ailes rigides structurées en dentelle permettent de l’identifier !

La vallée du Cher

Les orchidées règnent en reines sur cette vallée. Parmi elles, l’Orchis à fleurs lâches se plaît dans les prairies humides. Alors qu’elle a disparu dans certains départements, elle reste très présente et protégée en Loir-et-Cher. Deux sites sont à visiter : – les Prairies du Fouzon, qui abritent une faune et une flore remarquables, reconnues au niveau européen, – la Butte des Blumonts, que l’on découvre exclusivement dans le cadre de sorties organisées pour préserver sa fragile diversité (Conservatoire d’espaces naturels 41, tél. 02 54 58 94 61).

Les haies du Perche

Ses vallons boisés où courent des ruisseaux, son bocage, ses sentiers buissonniers, ses vieilles trognes torturées contribuent au charme du Perche. Du côté de Boursay, du Temple et de ses haies plessées, il fait bon s’égarer. La Chevêche d’Athéna, une chouette qui se nourrit surtout d’insectes, y niche dans les troncs creux, les cavités rocheuses. Son regard d’or fixe aux sourcils marqués lui donne une expression féroce. Perchée le jour, elle prend la fuite si elle est dérangée. À défaut de la repérer, peut-être l’entendrez-vous… son chant se traduit par un sifflement doux et traînant.

Les marais de la Cisse

Le Marais des Rinceaux longe la Cisse. Son ponton d’observation et son cheminement sur pilotis plonge le promeneur dans cette ambiance propre aux milieux humides. Une belle araignée en habit de frelon (jaune et noir) se rencontre dans les parties fraîches du marais et ses herbes hautes : l’Argiope. Rien à craindre, elle ne se nourrit que d’insectes. Sa toile se reconnaît par une zone centrale tissée en zigzag avec plusieurs fils. Myope malgré ses huit yeux, elle se laisse observer facilement.

La Loire

Réintroduit dans les années 1970, le castor d’Europe a progressivement colonisé le fleuve et ses principaux affluents. Les Terrasses de la Loire, l’Île de la Folie en face et son ancienne forêt alluviale immergent le promeneur dans une ambiance équatoriale. La présence de ce grand rongeur se devine à ces grignotages d’écorce sur les troncs, voire aux abattages d’arbres utilisés pour construire barrage et hutte d’habitat. Le castor est, en effet, une espèce ingénieur à l’image de l’homme !

La Sologne forestière

Landes à bruyères, forêts de chênes, de bouleaux, tourbières, étangs… Reconnue au niveau européen, cette grande zone naturelle classée Natura 2000 constitue un environnement privilégié pour de nombreuses espèces animales et végétales. Et même si les oiseaux en demeurent les premiers acteurs, les amphibiens comme le Triton marbré, un petit discret qui préfère l’ombre et sa fraîcheur, trouvent refuge et paix sur ce territoire. Trois étangs accessibles et aménagés sont à inscrire dans ses sorties nature :
– Beaumont, observatoire ornithologique.
– Malzoné, un site familial où l’on peut observer une grande diversité d’oiseaux d’eau.
– Lévrys, sa tourbière et ses plantes carnivores.

ACTUALITÉS

Marbré épicé

Marbré épicé

Mixer ou bien mélanger la purée de potimarron* avec les œufs et l’huile.

Broyer les graines de courge pour obtenir une poudre assez fine.
Les mélanger dans un grand saladier avec la cannelle ou les épices, le sucre, la farine, la poudre à lever et une bonne pincée de sel.

lire plus
Le plein d’énergie verte

Le plein d’énergie verte

L’agriculture, productrice d’énergies renouvelables ! Présentation de deux projets innovants : l’un en activité dans le Vendômois, l’autre en devenir en sologne. Sans oublier l’unité de méthanisation du zooparc de Beauval.

lire plus
Artiste du sacré

Artiste du sacré

Les œuvres de Goudji sont connues dans de nombreux lieux sacrés, en France comme en Europe. Ce sculpteur de formation, né en Géorgie, a étudié aux Beaux-Arts de Tbilissi.

lire plus
Destination Paris

Destination Paris

Pour la 3e année consécutive, le Val de Loire est à l’honneur dans la capitale grâce au conseil départemental de Loir-et-Cher et à la région Centre-Val de Loire.

lire plus
Share This