LE MAGAZINE D'INFORMATION DU DÉPARTEMENT

Loir et Cher info

ACCUEIL > A LA LOUPE > SOLOGNE> LA SOLOGNE AU COEUR

LA SOLOGNE AU COEUR

LECTURE Oh non, elle ne vient pas de Damas, Marieke Aucante, elle est solognote. La sève des chênes centenaires au milieu desquels elle vit coule dans ses veines.

Parallèlement à sa carrière à France Télévisions, Marieke Aucante a publié vingt-quatre livres. Son dernier roman, « Je viens de Damas », retrace le voyage d’une adolescente syrienne et de son frère handicapé forcés à l’exil. Pour écrire, elle a besoin d’un déclencheur. Les souvenirs d’un séjour en Syrie confiés par son grand-père et une visite dans « la jungle » de Calais l’ont inspirée pour celui-ci. « J’ai vu ces jeunes et j’ai pensé à leur destin… » Le sien se joue sur cette terre qui l’anime. « Vivre ici est un retour aux sources. J’aime l’automne, ramasser des champignons, des châtaignes… J’ai la Sologne au cœur. »

 EN SAVOIR PLUS 
« Je viens de Damas » – 19 €, éd. Ramsay

Poursuivez votre lecture

Marieke Aucante , publie un livre sur l’exil

Le 24e roman de Marieke Aucante, Je viens de Damas, est sorti en juin. Il retrace le voyage initiatique d’une adolescente et de son petit frère handicapé contraints de quitter la Syrie. .
« Chacun de mes livres est exactement celui qu’il fallait que j’écrive à ce moment-là », confie Marieke Aucante. L’action de son dernier roman commence en Orient. L’histoire est née de l’imagination de l’auteure à partir de souvenirs de ce pays racontés par son grand-père (en Syrie sous mandat français en 1922) et de la vision de mineurs errant dans « la jungle » de Calais. Sa sensibilité et sa spiritualité ont fait le reste. Le 25 septembre, Patrick Poivre d’Arvor a fait de Je viens de Damas le coup de cœur de son émission Vive les livres, sur C News.
L’histoire, Yasmine, 16 ans, la raconte à la première personne. Sa famille vient d’être égorgée et suite à ce massacre, elle quitte Damas, la main dans celle d’Élias, son petit frère handicapé. « Qui tient la main de l’autre ? » sourit l’écrivaine. Leur but : honorer la promesse faite à leur mère mourante de rejoindre leur tante en Angleterre. Suite à une panne de bus, les enfants vivent plusieurs mois avec des combattantes kurdes. Les yeux de Marieke, qui s’est beaucoup documentée sur le sujet, brillent. « Ces femmes sont remarquables… », souligne-t-elle. Suite à un drame, Yasmine et Elias reprennent la route, passent en Turquie, prennent un bateau pour l’Italie, et « font des rencontres, des mauvaises comme des belles, qui vont les emmener ailleurs. Le livre se termine bien », précise Marieke.
L’ancienne journaliste à France Télévisions a mis un an à écrire ce roman. « J’ai l’impression d’avoir revécu avec mon petit frère, lui-même handicapé, confie-t-elle, et d’avoir fait ce voyage. »

 INFOS + 
Je viens de Damas, éditions Ramsay (19 €)

Share This