LE MAGAZINE D'INFORMATION DU DÉPARTEMENT

Loir et Cher info

ACCUEIL > A LA LOUPE > VALLÉE DU CHER > LUNETTES PERSONNALISABLES

LUNETTES PERSONNALISABLES

COLLECTIONS  Nextone lunetterie, créateur-fabricant de « binocles » personnalisables à l’unité depuis vingt ans, fait le bonheur des petits et grands porteurs de lunettes et des 300 opticiens qui les distribuent en France.

« Mes premières lunettes, je les voulais vertes », confie Pascal Erulin, dirigeant. « J’avais 7 ans, je suis ressorti avec des… noires ! » À partir du constat que la bonne monture ne s’accompagne pas forcément du bon modèle, de la bonne couleur ou du bon calibre, les collections « Toikidi », pour enfants de 9 mois à 10 ans, et « Ctouvu », pour adultes, ont vu le jour en 2011. « La personnalisation peut associer plusieurs couleurs, la gravure du prénom, voire un numéro de téléphone pour les retrouver en cas de perte. » Pour les opticiens distributeurs, le concept est appréciable, puisqu’ils font fabriquer à la demande et à l’unité les lunettes de leurs clients, sans surcoût. « C’est dans cet état d’esprit vertueux que nous tenons à travailler ! »

 EN SAVOIR PLUS 
Tél. 02 54 71 04 26 – lunetterie-nextone.fr

Poursuivez votre lecture

Nextone, une façon de voir

À Saint-Georges-sur-Cher, Nextone fabrique des lunettes à destination des enfants et des adultes, distribuées en exclusivité par les opticiens. Ses collections « Toikidi » et « Ctoutvu » sont réalisées à la demande des professionnels, à l’unité, personnalisées et sur-mesure. Un must « made in » France et surtout « made in » Loir-et-Cher !
Pascal Erulin pensait devenir menuisier avant de rencontrer un ami, fabricant de lunettes ! « J’ai commencé comme salarié. » C’était en 1996. Juin 1999, à l’âge de 29 ans, il décide de créer sa propre entreprise – Nextone – pour fabriquer des lunettes à destination des distributeurs. « À Faverolles-sur-Cher, dans une maison d’habitation prêtée par la famille. » Au bout de six mois d’activité, le jeune chef d’entreprise procède à l’embauche de son premier salarié. L’équipe continue de se renforcer et quatre salariés plus tard, la coquille est devenue trop étroite. « Nous avons trouvé une ancienne… menuiserie transformée pour accueillir notre activité. »
Des lunettes sur-mesure
En 2009, une nouvelle structure est créée, Xénon. Il s’agit d’une société de distribution qui permet de « proposer notre propre collection aux opticiens. Toikidi », pour les enfants de 9 mois à 9/10 ans, voit le jour. La proposition est totalement innovante. « Nous sommes partis du constat que lorsque l’on a la bonne monture, on n’a pas forcément le bon modèle, la bonne couleur… » Pascal Erulin parle en connaissance de cause, il porte des lunettes depuis l’âge de 7 ans. « Je voulais des lunettes vertes et je suis ressorti avec des lunettes… noires ! Aujourd’hui, un enfant peut avoir exactement celles qu’il souhaite, avec des branches et une monture de différentes couleurs si c’est ce qu’il veut. On veut sortir de ce mouvement qui impose son diktat. Nous avons pris le contrepied de cette société de consommation. L’opticien fait fabriquer les lunettes dont ses clients ont besoin. Elles sont réalisées sur-mesure et ainsi parfaitement adaptées à la morphologie du porteur. Cela sans coût supplémentaire, avec une livraison intervenant dans un délai de cinq à dix jours ! » Lancée en douceur, l’activité progresse au fur et à mesure du déploiement des points de vente, 300 actuellement en France. Les réseaux sociaux, le bouche-à-oreille… suffisent à faire connaître la collection. Chaque semaine, ce sont ainsi 600 paires de lunettes qui partent rejoindre… un nez et entre 22 000 et 25 000 par an.
Une ambiance sereine
Du dirigeant émane un sentiment d’apaisement. « Je suis heureux de ce que je fais. On fait travailler les acteurs économiques locaux, comme le bureau de poste de Saint-Georges-sur-Cher. C’est vertueux et non délocalisable. » En découle une sérénité qui se ressent dès le pas de l’entreprise. L’équipe Nextone se compose aujourd’hui de dix salariés. Certains habitent si près qu’ils viennent travailler à pied. Dans un atelier de fabrication lumineux et ordonnancé, chacun effectue sa tâche, détendu. On entend de la musique, « quelque chose qui étonne souvent nos clients. » Avec ces derniers, Pascal Erulin tient à construire une relation durable, basée sur le respect. « Avant de parler affaire, je leur raconte l’histoire de l’entreprise ; ensuite ils me racontent la leur. » Une façon de procéder qui donne l’occasion aux deux parties d’apprécier les valeurs partagées par chacun.
Dernièrement, l’entreprise s’est agrandie de 50 m2. Pour des bureaux, un show-room et un accueil-terrasse des plus sympathiques. Un joli cadeau d’anniversaire pour ses vingt ans d’existence !
Share This