LE MAGAZINE D'INFORMATION DU DÉPARTEMENT

Loir et Cher info

ACCUEIL > A LA LOUPE > BLÉSOIS > NOUVEAUX LOCAUX

NOUVEAUX LOCAUX

COMMERCE  La Biocoop L’Épi Vert a déménagé et créé dans ses nouveaux locaux salon de coiffure, boulangerie-pâtisserie, boucherie, charcuterie, et un snack ouvert tous les midis. Le tout, 100 % bio. « Je prépare des plats “cuisine du marché” ou “cuisine du monde” à partir des produits du magasin », précise la cuisinière, tout sourire, qui régale au rayon traiteur et au snack. Le salon de coiffure… bio ? Oui, bio ! On y utilise des teintures végétales bio, plus saines. Les deux cabines de consultation et de soins esthétiques existent toujours et la carte des soins a été élargie (balnéo). Quinze employés avant, vingt-trois depuis le déménagement. La clientèle est deux fois plus nombreuse ‒ l’accès est plus pratique et l’offre s’est étoffée. Le rayon « vrac » a doublé et propose, comme le reste de l’enseigne, le plus de produits locaux possibles, avec une vraie diversité en liquide : vinaigre, vin, huile, miel, produits d’entretien, d’hygiène… De quoi prendre soin de la planète en réduisant ses emballages.  EN SAVOIR PLUS  51, avenue de Châteaudun Tél. 02 54 78 13 32 – lepivert.biocoop.net

Poursuivez votre lecture

Biocoop : bio et éthique

L’Épi Vert et le Marché Bio font partie du réseau militant Biocoop, comme 600 magasins en France.
Claude Gruffat dirige deux magasins biologiques, l’Épi Vert, à Blois, et le Marché bio, à Saint-Gervais-la-Forêt. Ces deux boutiques adhèrent à l’enseigne Biocoop, un réseau coopératif d’acteurs en bio créé en 1986, qui regroupe 600 magasins en France. « C’est un choix, car le cahier des charges de Biocoop est très exigeant sur la cohérence de la bio », explique Claude Gruffat, qui a lui-même présidé l’enseigne entre 2004 et 2019. La coopérative va, en effet, plus loin que le cahier des charges de l’agriculture biologique (origine des matières premières, traçabilité, 100 % bio y compris dans le détail des ingrédients, recherche de cohérence sociale et environnementale, etc.). Biocoop privilégie toujours, à produit équivalent, celui dont l’origine est la plus proche et impose cette éthique à ses fournisseurs. Anecdote très parlante, Claude Gruffat explique que quand l’enseigne a voulu commercialiser un jus d’orange sous sa marque, elle a découvert qu’il n’existait pas de filière avec des oranges issues du bassin méditerranéen, tous les jus d’orange bios étant conçus à base d’oranges brésiliennes. Biocoop a alors décidé de créer sa boisson à partir d’oranges provenant du bassin méditerranéen. Idem avec les laits de chèvre ou de brebis, qui venaient d’Allemagne ou des Pays-Bas parce qu’il n’y en avait pas assez en France : Biocoop a créé une filière française en région sud-ouest. Regrouper des producteurs, trouver des transformateurs : en finançant ces démarches, l’enseigne participe à un développement agricole basé sur ses valeurs.
Fraîcheur, qualité, proximité
Biocoop soutient un modèle agricole de taille raisonnable qui respecte le bien-être animal. Les groupements de producteurs sont composés de paysans dans cet état d’esprit, qui connaissent leur terre, la respectent, savent gérer l’eau, etc. Cette recherche de qualité dans l’éthique se retrouve au niveau du magasin L’Épi Vert, à Blois, qui propose plus de 10 000 références en bio. Tous les produits transformés le sont sur place. Les maîtres-mots : « Fraîcheur, qualité, proximité ». Comme tous les magasins de l’enseigne Biocoop, L’Épi Vert privilégie, chaque fois que c’est possible, les produits locaux. « L’approvisionnement local est très important, souligne Claude Gruffat. Il faut savoir qu’en plus, moins une salade met de temps à arriver dans une assiette, meilleure elle est sur le plan nutritionnel. »
À savoir : le magasin, qui travaille aujourd’hui avec 70 producteurs d’ici, cherche à élargir sa gamme d’approvisionnement local. 

 INFOS + 
L’Épi Vert, 51, avenue de Châteaudun à Blois Marché Bio, 35, rue des Perrières, ZAC des Clouseaux à Saint-Gervais-la-Forêt

Lien à la terre

Vous l’avez vu ? Le jardin, au bout du parking du magasin L’Épi Vert. C’est un jardin pédagogique partagé, conçu en permaculture. Inauguré fin septembre, il est porté par l’association « Jard’un pour tous ». Les personnes intéressées viennent y travailler bénévolement, se forment à la permaculture, puis partagent les récoltes. Et comme une bonne nouvelle ne vient jamais seule, un poulailler y a été installé. Retrouver un lien à la terre, une idée qui fait sens dans cet éco-quartier… à deux pas de L’Épi Vert.