LE MAGAZINE D'INFORMATION DU DÉPARTEMENT

Loir et Cher info
ACCUEIL > A LA LOUPE > PERCHE VENDÔMOIS > ENTREPRENEUR 3.0

Entrepreneur 3.0

À la tête du groupe hôtelier H8 Collection, Jean-Philippe Cartier incarne l’entrepreneur du XXIe siècle.

Passé avec succès par Internet dans les années 2000, ce « self made man » a été séduit par Le Domaine des Hauts de Loire ‒ hôtel 4 étoiles, restaurant deux étoiles au Guide Michelin à Onzain. « L’établissement développé par la famille Bonnigal était un peu “une belle endormie”. J’ai souhaité investir en plusieurs étapes pour le relancer », assure ce Parisien de 45 ans. Deuxième acquisition du groupe en 2014, le site a bénéficié de 2,5 millions d’investissements : spa (by Clarins), bistrot, école de cuisine avec le chef Rémy Giraud. À la clé, un chiffre d’affaires multiplié par deux. « Le Loir-et-Cher est un département attachant où il est facile d’entreprendre », insiste Jean-Philippe Cartier.

Texte : Jean-Luc Vezon – Photo : Baptiste Giroudon

 EN SAVOIR PLUS 
www.h8-collection.com

Poursuivez votre lecture

La soif d’entreprendre

Fondateur du groupe d’hôtels haut de gamme H8 Collection, Jean-Philippe Cartier a choisi d’investir en Loir-et-Cher en rachetant le Domaine des Hauts de Loire à Onzain (Veuzain-sur-Loire) en 2014. Portrait.
« Serial entrepreneur », ainsi pourrait-on définir Jean-Philippe Cartier, 45 ans, l’une des « success stories » de l’économie française. Au lycée, il vendait déjà des jeux vidéo. Le bac en poche, il crée en 1999 www.autoreflex.com, l’un des premiers sites Web de petites annonces automobile. En 2011, il le cède à Axel Springer et Mondadori. Pour faire suite à cet investissement, il se diversifie alors dans le spectacle (Bobino, l’Arc Paris) et l’hôtellerie.
Sur un coup de cœur, il achète d’abord le Mas de la Fouque, dans le parc naturel régional de Camargue dont il triple le chiffre d’affaires. Fort de ce succès, il crée alors le groupe H8 Collection, avec un modèle économique unique : relancer des hôtels vieillissants dans des sites de caractère (le Mont-Blanc à Chamonix, le Vieux Castillon près du pont du Gard …), les rénover et renforcer le panel d’activités.
Le Domaine des Hauts de Loire fait partie de ces « belles endormies. Je suis tombé sous le charme du lieu, joyau architectural du second Empire, au cœur d’une région qui respire le patrimoine, la gastronomie, l’art de vivre. C’est un peu l’âme du Loir-et-Cher », précise cet épicurien.
Il lance alors un plan d’investissement conséquent (2,5 millions d’euros) et développe une offre attractive : école de cuisine confiée à Rémy Giraud, chef doublement étoilé au Guide Michelin, bistrot chic en 2018 et spa « by Clarins ». 
Dans la cour des grands
Le résultat arrive sans tarder. Lovés dans leur parc de 70 ha, les Hauts de Loire reviennent dans la cour des grands et doublent leur chiffre d’affaires (5 millions d’euros en 2019). Grands patrons et célébrités viennent humer l’air du Val. On se bouscule au bistrot (15 000 couverts en 2019) ou aux cours de cuisine.
H8 Collection appuie le développement de ses huit établissements ‒ 25 millions d’euros de chiffre d’affaires HT en 2019, + 60 % depuis 2014 ‒ sur une stratégie marketing et communication performante. « Mon métier est d’abord de promouvoir l’expérience client exceptionnelle proposée par Éric Hertz et les 42 salariés des Hauts de Loire. »
Le digital est, à ce titre, un levier majeur avec une présence sur Internet, les réseaux sociaux (Instagram, Facebook) ou un magazine (L’Échappée). H8, c’est plus de 1 000 articles et passages médias en cinq ans. Et une clientèle, pour moitié internationale, qui réserve à 90 % directement sur le site.
Jean-Philippe Cartier ‒ qui se définit comme « un homme aimant d’abord travailler avec les êtres humains » ‒ applique un management valorisant d’abord ses collaborateurs, dont il connaît le prénom. « Il ne faut pas confondre grand patronat et entrepreneur travaillant dans la durée pour le développement de l’entreprise », conclut ce boss épris de liberté.
Optimiste viscéral malgré la crise de la Covid-19, il prépare déjà l’augmentation du nombre de suites (de 31 à 40-50), mais aussi le développement de l’offre pour les entreprises. À suivre… 

Texte : Jean-Luc Vezon – Photos : Laurent Alvarez et Cyril Chigot

 INFOS + 
Tél. 02 54 20 72 57
www.domainehautsdeloire.com
Domainedeshautsdeloire

Share This