LE MAGAZINE D'INFORMATION DU DÉPARTEMENT

Loir et Cher info

ACCUEIL > A LA LOUPEBLÉSOIS > TYREN JOHNSON UN SACRÉ JOUEUR

TYREN JOHNSON UN SACRÉ JOUEUR

Son histoire, c’est un peu celle du film de Vincente Minnelli, Un Américain à Paris, un Yankee tombé amoureux du Loir-et-Cher…

Né le 24 juillet 1988 à Edgard, en Louisiane, Tyren n’a pas choisi le basket-ball. « C’est le basket-ball qui m’a choisi. J’avais des talents et je pouvais faire beaucoup de choses mais le basket, c’est amusant… et bien payé », dit-il.
Joueur de l’année en 2010 avec les Ragin’Cajuns de Louisiana-Lafayette, le garçon manque d’un cheveu la draft NBA1 (repêchage ou bourse aux joueurs, NDLR). Il va alors rejoindre l’Europe pour évoluer à Alost (Belgique) puis à Châlons-Reims et Hyères-Toulon. Après des expériences au Japon et au Mexique, il est repéré par le staff de l’ADA où il signe en 2017.
Ses performances seront de très haut niveau. En 2018, il est l’un des artisans du titre de champion de France de Pro B et décroche la prestigieuse récompense de « Meilleur joueur de la saison » (MVP)2.

Un exemple pour les jeunes
En 2019-2020, avec 18,4 points par match, Tyren survole un championnat stoppé en mars alors que l’ADA caracole en tête. « J’ai trouvé ici professionnalisme et honnêteté », confie-t-il. Évoluant au poste 4 (ailier fort), c’est le pilier de l’effectif du coach Mickaël Hay. « Il est capable de porter le ballon, de faire des passes décisives et de marquer pour faire basculer les matchs », dit Julien Monclar, manager général. Sur le parquet, Tyren ne lâche jamais rien : « Je veux montrer aux jeunes qu’il est possible de réaliser des choses énormes, même si vous avez été négligé dans votre vie. »
À la ville, le joueur offre l’image d’un homme équilibré occupant son temps libre avec la photo, la musique et la réalisation de films. L’après basket ? Dans quelques années, il se verrait bien entraîneur : « Ce rêve est plus grand que mes rêves de joueur. J’étudie donc mon entraîneur comme un faucon », plaisante-t-il. Pas étonnant que Tyren soit le chouchou des supporters. « C’est le meilleur joueur de l’histoire du club », souligne Paul Seignolle, président de l’ADA, qui l’a placé tout en haut de son « Mur des légendes »

1 – National Basketball Association, la première ligue (américaine) de basket-ball au monde.
2 – Most Valuable Player.

Texte : Jean-Luc Vezon – Photo : Nicolas Derré

 EN SAVOIR PLUS 
www.ada-basket.com

Share This