LE MAGAZINE D'INFORMATION DU DÉPARTEMENT

Loir et Cher info

ACCUEIL > DOSSIER > DANS LES FERMES> UN ACTEUR MAJEUR

MORÉE ET SAINT-HILAIRE-LA-GRAVELLE

UN ACTEUR MAJEUR

Discret, malgré les quelque 50 000 m2 d’installations industrielles qui s’étalent non loin des rives du Loir, le groupe Le Triangle est devenu en quelques décennies un acteur économique majeur en Loir-et-Cher. C’est en 1990, alors que Gilles Deshayes est éleveur de volailles qu’il décide de fonder son entreprise. Il s’installe comme spécialiste de la conception et du montage de bâtiments agricoles et d’élevage à ossatures métalliques. Cette création n’est que le premier maillon d’une chaîne qui s’allonge en 2004 lorsque l’entreprise se diversifie et fabrique du mobilier pour la grande distribution. Mais la vraie transition s’effectue en 2009. Alors que la charpente métallique constitue l’ADN de l’entreprise, Gilles Deshayes grimpe dans le train des énergies renouvelables avec Triangle énergie et décide « d’installer sur les bâtiments agricoles des panneaux photovoltaïques », relate Vincent Deshayes, codirecteur général du groupe. « L’énergie solaire, inépuisable, assure un revenu aux agriculteurs grâce à sa revente. » Fin 2019, la société a déjà installé « 170 mégawatts » chez ses clients. En 2017, la conception d’ombrières1 photovoltaïques, destinées notamment aux aires de stationnement des grands magasins et grandes surfaces, par l’entité Triangle horizon, étoffe l’offre énergie. Les gains induits sont multiples, « l’électricité produite par les ombrières, qui est consommée sur place, diminue la facture, améliore le bilan carbone et renforce l’engagement environnemental ».

Une offre globale

Pour s’imposer sur ce marché, Le Triangle propose une offre globale. « Du bureau d’étude à la maintenance des installations, en passant par la fabrication des structures métalliques, nous sommes l’interlocuteur unique qui couvre l’ensemble des étapes d’un projet de centrale photovoltaïque. » Le groupe présidé par Gilles Deshayes, que ses fils Vincent et Rémi ont rejoint pour assurer une direction générale collégiale, affiche une croissance annuelle insolente de 30 % et doit réaliser cette année 105 millions d’euros (M€) de chiffre d’affaires (la part énergie participe pour plus de 60 % à ce résultat). Ce n’est qu’une étape : « D’ici à cinq ans, nous souhaitons réaliser 250 M€ de chiffre d’affaires ». Dans les ateliers, le recours à l’automatisation n’est pas de nature à freiner l’emploi. Pour soutenir son développement, Le Triangle, qui compte 430 collaborateurs, devrait « accroître ses effectifs de 80 % dans les cinq prochaines années ». Une aubaine dans un contexte économique et social dégradé.

Texte : Olivier Durand – Photos : L. Alvarez

1 – Structure qui fournit de l’ombre.

www.le-triangle.fr

Share This