LE MAGAZINE D'INFORMATION DU DÉPARTEMENT

Loir et Cher info

Œuvres d’art naturelles

Dans son écrin de nature, le château du XVIIe siècle offre une jolie palette de jardins au cœur d’un parc paysager de 25 hectares. L’immense ruban de 250 000 tulipes et son dégradé de couleurs n’ont pu être appréciés du public cette année (en raison de la crise sanitaire), mais les jardins de Cheverny déclinent cinq autres univers. Dernier en date, le Jardin sucré, planté de 370 arbres et arbustes fruitiers. Par ailleurs, le Jardin des apprentis propose une déambulation poétique avec sa pergola qui ploie sous les glycines mauves et blanches, tandis que les parterres multicolores du Jardin potager-bouquetier invitent à la gourmandise. Près du labyrinthe de lauriers, sur une parcelle de 1,5 ha, on trouve le Jardin de vignes et ses cépages de chardonnay et sauvignon, dont la première récolte est annoncée pour 2023. À ne pas manquer non plus : le Jardin de l’amour avec ses statues de Gudmar Olovson, près du lac où nagent des cygnes noirs. À Cheverny, on peut aussi prendre le large sur un bateau électrique pour une promenade sur le Conon, et découvrir les magnifiques essences plantées il y a trois siècles par Paul Hurault de Vibraye.

Texte : Jean-Luc Vezon  – Photos : C. Chigot

Entrée : visite des jardins 8 € ; tarif réduit 6,50 € ; gratuit personnes à mobilité réduite – Château et jardins 13,50 €, réduit 9,50 €, gratuit – 7 ans et personnes à mobilité réduite. Ouvert toute l’année
chateau-cheverny.fr

Poursuivez votre lecture

Les jardins de Cheverny,
des œuvres d’art naturelles

Dans son écrin de nature, le château du XVIe siècle – qui a inspiré Hergé pour imaginer le Moulinsart de Tintin –, offre une jolie palette de jardins au cœur d’un parc paysager de 25 hectares. Une bonne idée pour flâner ou pique-niquer en famille ou entre amis.

Pour respirer l’air des jardins et s’offrir un vrai dépaysement, le château de Cheverny est la destination idéale. « Nous avons profité du 2e confinement pour créer un nouveau jardin, « le Jardin sucré », planté de 370 arbres et arbustes fruitiers. On y trouve des pommiers, cognassiers, cerisiers, kakis, figuiers et bien d’autres ! » explique Constance de Vibraye, propriétaire, dont l’équipe de sept jardiniers s’est attelée à cette tâche avec enthousiasme.
Si l’immense ruban de 250 000 tulipes Triumph et son magnifique dégradé de couleurs n’a pu être apprécié du public cette année (crise sanitaire oblige), les jardins de Cheverny déclinent cinq autres univers uniques, véritable spectacle de la nature.

Des univers singuliers
Situé entre l’Orangerie du XVIIIe siècle et la façade nord du château (récemment restaurée), « le jardin des apprentis », jardin d’agrément et d’ornement créé en 2006 dans le cadre d’un chantier de réinsertion, offre une déambulation poétique. De nombreux bancs permettent de profiter de la fontaine et de la pergola qui, à la belle saison, ploie sous les glycines mauves et blanches.
Face à la salle des Trophées, « le jardin potager-bouquetier » est un jardin haut en couleurs. Ses parterres offrent une vision multicolore où mille et une fleurs se mêlent aux légumes de saison, que l’on retrouve ensuite dans les assiettes du salon de thé de L’Orangerie (https://www.chateau-cheverny.fr/informations-pratiques/se-restaurer.html). L’eau y tient également une place importante avec une fontaine, un dispositif d’aquaponie utilisant les déjections des poissons comme nutriment pour les plantes et, l’été, un système de brumisation transforme la pergola en un jardin suspendu d’orchidées multicolores.
Non loin du labyrinthe composé de lauriers du Caucase, sur une parcelle d’1,5 ha, « le jardin de vignes » laisse admirer ses cépages de chardonnay-sauvignon – future AOC Cheverny dont la 1re récolte est annoncée pour 2023. À ne pas manquer aussi : « le jardin de l’Amour » avec ses immenses statues de bronze posées près du lac où nagent des cygnes noirs d’Australie. Elles sont nées de l’imagination du sculpteur Gudmar Olovson (1936-2017), surnommé « le Rodin suédois ».

Une balade aux airs d’Amérique
Les plus curieux pourront aussi prendre le large en s’installant sur un bateau électrique pour une promenade de trente minutes sur le Conon, dans la partie du parc non accessible à pied. Avec un guide, ils découvriront alors de magnifiques essences plantées il y a trois siècles par l’ancêtre du lieu, Paul Hurault de Vibraye. Créateur de la forêt (2 000 ha), on lui doit le réaménagement du parc et les parterres. Ce passionné d’archéologie et de botaniste a notamment planté des arbres remarquables comme des séquoias ou tilleuls et a conçu une exceptionnelle allée de cèdres du Liban, unique en France. Une grande exposition lui rendra d’ailleurs hommage au musée de la Monnaie à Paris (www.monnaiedeparis.fr/fr) en 2022.

Texte : Jean-Luc Vezon – Photos : Cyril Chigot

 INFOS + 
Ouvert 7 jours sur 7 – Tarifs : 12 € (adulte), 9 € (7-14 ans), gratuit – 7 ans
www.chateau-cheverny.fr

Les jardins de Cheverny,
des œuvres d’art naturelles

Dans son écrin de nature, le château du XVIe siècle – qui a inspiré Hergé pour imaginer le Moulinsart de Tintin –, offre une jolie palette de jardins au cœur d’un parc paysager de 25 hectares. Une bonne idée pour flâner ou pique-niquer en famille ou entre amis.

Pour respirer l’air des jardins et s’offrir un vrai dépaysement, le château de Cheverny est la destination idéale. « Nous avons profité du 2e confinement pour créer un nouveau jardin, « le Jardin sucré », planté de 370 arbres et arbustes fruitiers. On y trouve des pommiers, cognassiers, cerisiers, kakis, figuiers et bien d’autres ! » explique Constance de Vibraye, propriétaire, dont l’équipe de sept jardiniers s’est attelée à cette tâche avec enthousiasme.
Si l’immense ruban de 250 000 tulipes Triumph et son magnifique dégradé de couleurs n’a pu être apprécié du public cette année (crise sanitaire oblige), les jardins de Cheverny déclinent cinq autres univers uniques, véritable spectacle de la nature.

Des univers singuliers
Situé entre l’Orangerie du XVIIIe siècle et la façade nord du château (récemment restaurée), « le jardin des apprentis », jardin d’agrément et d’ornement créé en 2006 dans le cadre d’un chantier de réinsertion, offre une déambulation poétique. De nombreux bancs permettent de profiter de la fontaine et de la pergola qui, à la belle saison, ploie sous les glycines mauves et blanches.
Face à la salle des Trophées, « le jardin potager-bouquetier » est un jardin haut en couleurs. Ses parterres offrent une vision multicolore où mille et une fleurs se mêlent aux légumes de saison, que l’on retrouve ensuite dans les assiettes du salon de thé de L’Orangerie (https://www.chateau-cheverny.fr/informations-pratiques/se-restaurer.html). L’eau y tient également une place importante avec une fontaine, un dispositif d’aquaponie utilisant les déjections des poissons comme nutriment pour les plantes et, l’été, un système de brumisation transforme la pergola en un jardin suspendu d’orchidées multicolores.
Non loin du labyrinthe composé de lauriers du Caucase, sur une parcelle d’1,5 ha, « le jardin de vignes » laisse admirer ses cépages de chardonnay-sauvignon – future AOC Cheverny dont la 1re récolte est annoncée pour 2023. À ne pas manquer aussi : « le jardin de l’Amour » avec ses immenses statues de bronze posées près du lac où nagent des cygnes noirs d’Australie. Elles sont nées de l’imagination du sculpteur Gudmar Olovson (1936-2017), surnommé « le Rodin suédois ».

Une balade aux airs d’Amérique
Les plus curieux pourront aussi prendre le large en s’installant sur un bateau électrique pour une promenade de trente minutes sur le Conon, dans la partie du parc non accessible à pied. Avec un guide, ils découvriront alors de magnifiques essences plantées il y a trois siècles par l’ancêtre du lieu, Paul Hurault de Vibraye. Créateur de la forêt (2 000 ha), on lui doit le réaménagement du parc et les parterres. Ce passionné d’archéologie et de botaniste a notamment planté des arbres remarquables comme des séquoias ou tilleuls et a conçu une exceptionnelle allée de cèdres du Liban, unique en France. Une grande exposition lui rendra d’ailleurs hommage au musée de la Monnaie à Paris (www.monnaiedeparis.fr/fr) en 2022.

Texte : Jean-Luc Vezon – Photos : Cyril Chigot

 INFOS + 
Ouvert 7 jours sur 7 – Tarifs : 12 € (adulte), 9 € (7-14 ans), gratuit – 7 ans
www.chateau-cheverny.fr

Share This