LE MAGAZINE D'INFORMATION DU DÉPARTEMENT

Loir et Cher info

Bernard
Pillefer

4e vice-président chargé des routes,
des mobilités, des réseaux
et du très haut débit

Veiller aux déplacements de chacun, développer les mobilités douces et continuer l'installation de la fibre,  

Vers des mobilités douces

En décembre 2020, la collectivité a adopté un schéma départemental de mobilités douces. Objectifs ? Développer les aménagements destinés aux piétons et aux cyclistes, réaliser des aires de covoiturage, (communes, communautés de communes). Ainsi, le département peut désormais subventionner les collectivités locales (communes, communautés de communes, etc.) qui vont dans ce sens à travers sa dotation de mobilités alternatives (DMA). Ce dispositif favorise les déplacements à vélo sur des pistes cyclables pour les élèves allant au collège ou les salariés se rendant à leur travail.

Un département connecté

Difficile aujourd’hui de vivre sans Internet tant nos vies sont connectées. Pour cela, le département agit au quotidien afin de favoriser l’accès au très haut débit pour tous sur le territoire, à la campagne comme à la ville. La collectivité a ainsi délégué cette mission au syndicat mixte ouvert (SMO) Val de Loire numérique, chargé d’installer la fibre. Objectif : un Loir-et-Cher connecté à 100 % d’ici à 2023. Ce chantier en Loir-et-Cher s’élève pour le conseil départemental à 12 millions d’euros.

Des routes plus sûres

Entretenir et sécuriser 3 424 km de routes départementales, c’est un défi que relèvent chaque jour les agents des routes du conseil départemental. Les problématiques varient : rénovation et entretien, fauchage des accotements aux beaux jours ou, quand la température baisse, mise en place du dispositif de viabilité hivernale. Celui-ci, prévu du 29 novembre au 28 février 2022, concerne le salage en cas de verglas, le déneigement, etc. Tout pour rouler en sécurité même au cœur de l’hiver.

À cheval, à vélo… sur la Loire ?

En 2024, on franchira la Loire, à Blois, sur une passerelle réalisée au niveau des piles de l’ancien barrage du lac de Loire. Confié au cabinet d’architecture Marc Mimram, ce projet s’inscrit dans la volonté du conseil départemental de favoriser les mobilités douces. On pourra donc y venir à pied, à vélo, à cheval, en skate, etc.

Share This