LE MAGAZINE D'INFORMATION DU DÉPARTEMENT

Loir et Cher info

ENTRETIEN AVEC

Philippe Gouet,
président du conseil départemental de Loir-et-Cher

 

« Les sujets sont nombreux pour que nous soyons fiers de vivre en Loir-et-Cher. »

Loir & Cher info : En tant que kinésithérapeute et ostéopathe, considérez-vous que l’accès à la santé est une priorité dans votre nouveau mandat ?
Philippe Gouet : Il faut renouveler les professionnels de santé qui vont, pour beaucoup, partir à la retraite en même temps. Ce n’est certes pas une compétence première du département, mais il faut s’y intéresser, et très vite. Pour cela, une commission de médecins hospitaliers, libéraux et scolaires, d’infirmiers et de spécialistes a été constituée pour établir le diagnostic et trouver toutes les idées pour élaborer un plan d’action efficace.

L. C. I. : La question concerne-t-elle l’attractivité des professionnels de santé et de leur famille ?
P. G. : Oui, c’est ce qui nous pousse à trouver les bons arguments. Il faut un job pour le conjoint, une école pour les enfants, un club de sport, des associations et un cadre de vie. Tout cet écosystème positif doit être mis en valeur, et au premier chef par les maîtres de stage des études médicales et paramédicales. L’agence d’attractivité du territoire (voir en p. 7 et 14) et la plateforme spécialisée Laou med (laou.fr/medical) s’y attellent aussi.

L. C. I. : Ce sont des sujets qui préoccupent tout autant les habitants du département ?
P. G. : Bien sûr, on peut d’ailleurs y ajouter le bien-vivre et le dynamisme culturel et touristique – Beauval, Chambord, la Loire… – tout cela compte beaucoup dans l’attractivité.

L. C. I. : Autre sujet majeur, l’environnement…
P. G. : Ce n’est plus une variable d’ajustement dans la politique des collectivités, mais un incontournable. D’où l’Agenda 2030 du Loir-et-Cher, avec 135 actions concrètes. Il ne s’agit pas de faire joli, l’objectif est très ambitieux : concilier la prospérité et la protection de l’environnement. Il faut commencer par l’eau, en protégeant les aires de captage qui sont indispensables pour nos agriculteurs. Ces derniers nous expriment aussi le besoin de restaurer les haies et les
zones humides. On peut aussi évoquer l’alimentation en circuit court dans nos collèges. Des collèges que nous restaurons progressivement : 26 millions d’euros y sont consacrés chaque année ; on envisage l’installation de panneaux photovoltaïques sur les toits. Il serait bien que nous soyons pour cela un territoire d’expérimentation.
Ajoutons les mobilités douces avec les pistes cyclables, le covoiturage, les véhicules électriques pour les services du conseil départemental, et à l’avenir, j’espère, le déploiement des plateformes de distribution d’hydrogène.

L. C. I. : Les routes restent donc d’actualité ?
P. G. : Bien entendu. Il faut d’ailleurs les entretenir et, avec elles, les 693 ouvrages d’art ! J’ajoute l’aérodrome de Blois-Le Breuil que je veux soutenir dans son développement. Il est une opportunité professionnelle pour de nombreux chefs d’entreprise qui développent leur zone d’influence et l’emploi dans le département. Les sujets sont nombreux pour que nous soyons fiers de vivre en Loir-et-Cher.

Propos recueillis par Stéphane de Laage

Bio express

Philippe Gouet, 65 ans, est marié et père de deux enfants. Il vit à Vendôme depuis l’âge de 11 ans et a suivi ses études secondaires au lycée Ronsard. Kinésithérapeute-ostéopathe de formation, il exerce à temps partiel à son cabinet vendômois. Jusqu’à la fin mai 2021, il était président de l’Union régionale des professionnels de santé-masseurs kinésithérapeutes libéraux Centre-Val de Loire. Il est aussi vice-président du Syndicat national des masseurs kinésithérapeutes rééducateurs, chargé des relations conventionnelles. Il occupe un premier mandat en 2019 comme conseiller départemental du canton de Vendôme, où il remplace Pascal Brindeau devenu député. Il est réélu en juin 2021 sur ce même canton, en binôme avec Monique Gibotteau. Amateur de musique, de cinéma et de randonnée, Philippe Gouet a été élu président du conseil départemental le 1er juillet 2021. Récemment, il a été nommé président de la commission santé de l’association des départements de France. 

Share This