LE MAGAZINE D'INFORMATION DU DÉPARTEMENT

Loir et Cher info

ACCUEIL > A LA LOUPE > BLÉSOIS> CHIENS ÉDUQUÉS

Avec Handi’chiens, les personnes vulnérables revivent. 

Chiens éduqués

PRINTEMPS 2022

La création d’un site Handi’Chiens à Vineuil — l’un des quatre en France — résulte « d’une volonté politique locale et du conseil départemental », souligne son directeur.

Depuis 2004, des centaines de canidés y ont été éduqués au service d’une grande cause : l’assistance. Labradors, golden retrievers… « sont confiés, dès l’âge de deux mois, à une famille d’accueil pendant seize mois » avant de rejoindre le centre. Six mois d’éducation pour « accompagner au quotidien les personnes vulnérables. Allumer une lampe, fermer une porte, apporter un objet, etc. » L’enseignement qualitatif, « dont le coût par animal revient à 17 000 €, est adapté aux besoins spécifiques des bénéficiaires ». Et chaque année, depuis Vineuil, environ 50 chiens sont remis gratuitement à des enfants autistes, des personnes à mobilité réduite ou souffrant d’épilepsie. Le compagnon d’une vie, un soutien moral dont l’association, financée essentiellement par des dons et legs, « conserve la propriété pour assurer [son] suivi et s’assurer de son bien-être ».

Texte : Olivier Durand – Photo : Cyril Chigot.

 EN SAVOIR PLUS 
02 54 42 02 72 – handichiens.vineuil@wanadoo.fr
handichiens.org

Poursuivez votre lecture

Handi’chiens, des toutous facilitateurs

La création d’un site d’éducation canine de l’association Handi’chiens à Vineuil, « l’un des quatre en France, est le fruit d’une volonté politique locale, et du conseil départemental », souligne Francis Perlot*. Depuis 2004, des centaines de canidés y ont été éduqués au service d’une grande cause, l’assistance. Labradors, golden retriever, « dès l’âge de deux mois sont confiés à une famille d’accueil pendant 16 mois. Les jeunes chiens, dont on a pu détecter les aptitudes nécessaires à l’assistance », rejoignent ensuite le centre. Devant eux, six mois d’éducation pour au final « accompagner au quotidien les personnes vulnérables. Allumer une lampe, fermer une porte, apporter un objet ».

Au cœur du site, qui est équipé de box chauffés par le sol, doté de grandes aires de jeux, mais aussi de salles d’entrainement, ce sont quatre éducatrices qui dispensent aux pensionnaires à quatre pattes un « enseignement adapté aux besoins et situations spécifiques des futurs bénéficiaires. Une éducation qualitative dont le coût, par animal, revient à 17 000€ », alors que les seules ressources financières de l’association ne proviennent que des dons et des legs.
Une fois leur diplôme en poche, les aidants canins sont par exemple reconnus comme « chiens d’assistance », pour se substituer à leur maître dans la réalisation des gestes du quotidien, ou bien comme « chiens d’éveil », auprès d’enfants autistes. Le lien tissé avec l’animal, relation sans jugement, « aide l’enfant à sortir de son enfermement, à se décentrer et ainsi à communiquer davantage ».

Les ressources et les aptitudes des chiens en matière d’assistance sont quasi inépuisables.
Depuis cinq ans, le site du Val de Loire, conjointement avec celui de Lyon, participe à la prévention des crises d’épilepsie, en éduquant des chiens à détecter « l’odeur particulière qu’exhale le corps avant le début de la crise. Seul l’odorat d’un chien le permet, et certains d’entre eux sont prédisposés à déceler la crise jusqu’à 24 heures avant son apparition ». L’animal alerte alors son maître « qui peut se mettre en sécurité et éviter une chute potentiellement dangereuse, ou bien prévient une tierce personne en poussant un bouton de signalement ». Pour l’heure, ce sont 31 chiens éduqués pour cette mission qui portent une attention sans faille au bien-être de leur maître. Un compagnonnage canin tellement positif que pour certains d’entre eux, les crises ont disparu.

Les chiens, pleins de ressources, sont aussi des alliés précieux en cas de détresse morale ou psychologique, particulièrement auprès de victimes de violences. Formés en tant que « assistant soutien judicaire », l’animal témoin muet mais apaisant assis aux côtés d’enfants ou de femmes « présumés victimes » de violence, lors des entretiens avec la police ou la gendarmerie, peut rendre plus facile la libération de la parole. En Région Centre Val de Loire, un chien, formé à Vineuil, est un membre actif des effectifs de l’Unité Médico Judiciaire du Centre Hospitalier d’Orléans pour accompagner, la « victime » dans le temps, depuis les premières investigations des autorités, jusqu’au bout du processus juridique en étant présent aussi lors des audiences au tribunal. Dans ce cadre, l’animal bénéficie de l’approbation des autorités judiciaires. Un second chien est actuellement formé en vue de rejoindre la maison des femmes de la même institution.
Les bienfaits de la relation homme-animal ne sont plus à démontrer. Chaque année, le site de Vineuil, « remet environ 50 chiens gratuitement aux bénéficiaires ». Un chiffre qui s’avère insuffisant, « l’adoption d’un chien d’éveil nécessite quatre ans d’attente ».
La remise du chien auprès de sa nouvelle famille, souvent le compagnon d’une vie, requiert un processus strict. Une première demi-journée, au cours de laquelle sont présentés deux à trois chiens, permet d’identifier les affinités réciproques, et de s’apprivoiser mutuellement. La seconde étape consiste en un stage de deux semaines, « pour apprendre à conduire le chien, le respecter, et pouvoir au bout du compte repartir avec un animal opérationnel ». Les maîtres ont l’obligation contractuelle de soins, de nourriture, de détente, mais l’association « conserve la propriété des chiens pour assurer [leur] suivi, et s’assurer de leur bien-être, jusqu’à leur retraite, qui démarre vers l’âge de 10 ans », car eux aussi, ont besoin de se reposer après de longues années de bons et loyaux services.

* M Francis Perlot directeur du site depuis 2016, a assuré sa fonction jusqu’à la fin du mois de mars 2022

Texte : Olivier Durand – Photos : Laurent Alvarez

 INFOS + 
Centre d’Education Val de Loire Lieu-dit « Les Luquelles » 41350 Vineuil
Tel : 02 54 42 02 72 – Handichiens.vineuil@wanadoo.fr

Legs-Dons Handi’chiens
13 rue de l’abbé Groult 75015 Paris
Contact : Lorène Duval 01 45 86 58 59 (ligne directe)

Handi’chiens, des toutous facilitateurs

La création d’un site d’éducation canine de l’association Handi’chiens à Vineuil, « l’un des quatre en France, est le fruit d’une volonté politique locale, et du conseil départemental », souligne Francis Perlot*. Depuis 2004, des centaines de canidés y ont été éduqués au service d’une grande cause, l’assistance. Labradors, golden retriever, « dès l’âge de deux mois sont confiés à une famille d’accueil pendant 16 mois. Les jeunes chiens, dont on a pu détecter les aptitudes nécessaires à l’assistance », rejoignent ensuite le centre. Devant eux, six mois d’éducation pour au final « accompagner au quotidien les personnes vulnérables. Allumer une lampe, fermer une porte, apporter un objet ».

Au cœur du site, qui est équipé de box chauffés par le sol, doté de grandes aires de jeux, mais aussi de salles d’entrainement, ce sont quatre éducatrices qui dispensent aux pensionnaires à quatre pattes un « enseignement adapté aux besoins et situations spécifiques des futurs bénéficiaires. Une éducation qualitative dont le coût, par animal, revient à 17 000€ », alors que les seules ressources financières de l’association ne proviennent que des dons et des legs.
Une fois leur diplôme en poche, les aidants canins sont par exemple reconnus comme « chiens d’assistance », pour se substituer à leur maître dans la réalisation des gestes du quotidien, ou bien comme « chiens d’éveil », auprès d’enfants autistes. Le lien tissé avec l’animal, relation sans jugement, « aide l’enfant à sortir de son enfermement, à se décentrer et ainsi à communiquer davantage ».

Les ressources et les aptitudes des chiens en matière d’assistance sont quasi inépuisables.
Depuis cinq ans, le site du Val de Loire, conjointement avec celui de Lyon, participe à la prévention des crises d’épilepsie, en éduquant des chiens à détecter « l’odeur particulière qu’exhale le corps avant le début de la crise. Seul l’odorat d’un chien le permet, et certains d’entre eux sont prédisposés à déceler la crise jusqu’à 24 heures avant son apparition ». L’animal alerte alors son maître « qui peut se mettre en sécurité et éviter une chute potentiellement dangereuse, ou bien prévient une tierce personne en poussant un bouton de signalement ». Pour l’heure, ce sont 31 chiens éduqués pour cette mission qui portent une attention sans faille au bien-être de leur maître. Un compagnonnage canin tellement positif que pour certains d’entre eux, les crises ont disparu.

Les chiens, pleins de ressources, sont aussi des alliés précieux en cas de détresse morale ou psychologique, particulièrement auprès de victimes de violences. Formés en tant que « assistant soutien judicaire », l’animal témoin muet mais apaisant assis aux côtés d’enfants ou de femmes « présumés victimes » de violence, lors des entretiens avec la police ou la gendarmerie, peut rendre plus facile la libération de la parole. En Région Centre Val de Loire, un chien, formé à Vineuil, est un membre actif des effectifs de l’Unité Médico Judiciaire du Centre Hospitalier d’Orléans pour accompagner, la « victime » dans le temps, depuis les premières investigations des autorités, jusqu’au bout du processus juridique en étant présent aussi lors des audiences au tribunal. Dans ce cadre, l’animal bénéficie de l’approbation des autorités judiciaires. Un second chien est actuellement formé en vue de rejoindre la maison des femmes de la même institution.
Les bienfaits de la relation homme-animal ne sont plus à démontrer. Chaque année, le site de Vineuil, « remet environ 50 chiens gratuitement aux bénéficiaires ». Un chiffre qui s’avère insuffisant, « l’adoption d’un chien d’éveil nécessite quatre ans d’attente ».
La remise du chien auprès de sa nouvelle famille, souvent le compagnon d’une vie, requiert un processus strict. Une première demi-journée, au cours de laquelle sont présentés deux à trois chiens, permet d’identifier les affinités réciproques, et de s’apprivoiser mutuellement. La seconde étape consiste en un stage de deux semaines, « pour apprendre à conduire le chien, le respecter, et pouvoir au bout du compte repartir avec un animal opérationnel ». Les maîtres ont l’obligation contractuelle de soins, de nourriture, de détente, mais l’association « conserve la propriété des chiens pour assurer [leur] suivi, et s’assurer de leur bien-être, jusqu’à leur retraite, qui démarre vers l’âge de 10 ans », car eux aussi, ont besoin de se reposer après de longues années de bons et loyaux services.

* M Francis Perlot directeur du site depuis 2016, a assuré sa fonction jusqu’à la fin du mois de mars 2022

Texte : Olivier Durand – Photos : Laurent Alvarez

 INFOS + 
Centre d’Education Val de Loire Lieu-dit « Les Luquelles » 41350 Vineuil
Tel : 02 54 42 02 72 – Handichiens.vineuil@wanadoo.fr

Legs-Dons Handi’chiens
13 rue de l’abbé Groult 75015 Paris
Contact : Lorène Duval 01 45 86 58 59 (ligne directe)

Share This