LE MAGAZINE D'INFORMATION DU DÉPARTEMENT

Loir et Cher info

LES 9 ACTIONS PHARES DU PLAN DÉPARTEMENTAL

01

Créer une mission « Promotion de la santé »

Pour promouvoir au mieux la santé, un chargé de mission va être recruté. Son travail ? Représenter le département auprès des instituts de formation, lors de congrès professionnels, etc. Le marketing territorial auprès des professionnels de santé (ou futurs professionnels) se verra ainsi renforcé au quotidien.

02

Conforter le rôle de l’Agence d’attractivité Be LC, dans la promotion de la santé

Pour promouvoir encore davantage le monde de la santé, l’Agence d’attractivité, ambassadeur du Loir-et-Cher, va prospecter des futurs professionnels du secteur ainsi que des personnes exerçant déjà dans cet univers. Pour cela, une stratégie digitale très offensive est mise en place : elle s’appuie sur des plateformes telles que Laou (laou.fr/medical) ou Paris je te quitte (paris-jetequitte.com).

03

RENFORCER L’ACCOMPAGNEMENT DES FUTURS PROFESSIONNELS DE SANTÉ

Le département aimerait inciter de futurs professionnels de santé à s’installer en Loir-et-Cher. Cela permet de faire découvrir notre territoire à des étudiants venus d’autres départements et cela se traduit concrètement par des aides financières :
pour les internes de médecine générale, une bourse de 12 000 €, correspondant à 500 € mensuels, durant leurs deux dernières années d’études ;
pour les étudiants du monde paramédical (infirmiers, kinésithérapeutes, ambulanciers…), une bourse de 6 000 €, l’équivalent de 500 € mensuels versés la dernière année de formation.
Ces aides spécifiques sont données dans le cadre d’une convention signée par la collectivité et le futur professionnel de santé. En contrepartie, ce dernier doit exercer trois ans minimum en Loir-et-Cher

04

Aider les professionnels de santé à s’installer

De façon très concrète, le conseil départemental participe à l’achat de matériel médical lors de la première installation d’un professionnel de santé libéral. Le montant de cette aide — de 3 000 à 20 000 € — varie selon le métier exercé et le plateau technique nécessaire. Là encore, le professionnel devra signer une convention le liant au conseil départemental avec obligation d’exercer au minimum trois ans en Loir-et-Cher.

05

Soutenir l’investissement vers les structures de santé

En zone rurale, les maisons de santé répondent de façon très favorable aux besoins de la population parfois isolée. C’est pour cette raison notamment que le département va favoriser la création ou l’extension de maisons de santé ou de structures de soins, partout en Loir-et-Cher. Les professionnels qui s’y installeront devront exercer cinq ans sur place. À savoir : le département peut se porter garant des emprunts professionnels auprès des organismes bancaires.

Le Dr Cassien Gauthier a bénéficié de l’aide du conseil départemental pour son installation à Pontlevoy en début d’année. « C’est clairement un soutien quand on commence », confirme-t-il. Cela lui a permis d’acheter une table d’examen, un pèse-bébé, un fauteuil de bureau et du matériel informatique.

À Vendôme, la nouvelle maison de santé pluridisciplinaire universitaire a ouvert en octobre 2021.

06

Refonder l’organisation des consultations médicales

Le conseil départemental veut développer et pérenniser son soutien aux dispositifs Païs et SOS Romorantin (voir ci-contre). Objectif : désengorger les services d’urgence très sollicités et améliorer l’offre de soins non programmés.

07

Innover pour lutter contre la désertification médicale

Le conseil départemental encourage les initiatives originales comme celle réalisée à Suèvres en télémédecine. Par ailleurs, la collectivité, en partenariat avec l’Indre-et-Loire, étudie le projet d’un cabinet médical ambulatoire. Celui-ci, composé d’un médecin et d’une infirmière, pourrait sillonner les communes rurales les plus isolées.

08

Préserver une jeunesse en bonne santé

Le conseil départemental souhaite renforcer son action « santé » auprès des collégiens. Cela se traduit notamment par la mise en place d’ateliers posturaux du rachis et d’autres sur la nutrition, organisés dans les établissements loir-et-chériens.

09

Accompagner l’investissement des structures de formation

Cela pourrait se traduire par une aide financière du département lors de la création d’un nouveau campus universitaire dédié à la formation des infirmiers, aides-soignants, etc.

Une question à…

Vous êtes à l’origine de SOS Romorantin1, pouvez-vous nous présenter ce dispositif ?

« Ouvert à l’automne 2021, SOS Romorantin est un dispositif innovant de soins non programmés. Assuré par deux jeunes médecins, ce service fonctionne sept jours sur sept avec l’aide de remplaçants.Les patients prennent rendez-vous via une plateforme téléphonique et sont reçus dans la journée. Cela permet de désengorger les urgences de l’hôpital de Romorantin. Le cabinet est situé dans un pôle médical et comprend d’autres professionnels de santé. Il ne désemplit pas depuis son ouverture ; il y a eu plus de 40 patients le premier jour ! »

1 – rdvasos.fr – 02 54 88 36 26

Bruno Harnois

conseiller départemental de Romorantin-Lanthenay et médecin.

Share This