Le Magazine du Loir-et-Cher

Accueil / À la loupe / Cave vintage

Cave vintage

Salbris
19 février 2024
Temps de lecture : 4 minutes

Partager l’article

Cave vintage
Brahim Haiouani, caviste musicien C.Chigot

La Cave se rebiffe vient d’inaugurer une épicerie fine et un bar à vin avec petite restauration sur deux niveaux, dans le prolongement de la cave à vin préexistante. L’artisan de ce lieu unique, haut en couleur et chaleureux, c’est Brahim Haiouani, passionné depuis toujours de vin, de gastronomie et de musique. Après trente ans de carrière en tant que contrebassiste professionnel, l’homme assouvit maintenant un projet qu’il a longtemps porté en lui. Il a commencé avec la cave il y a deux ans, « plus simple dans un premier temps, notamment en termes de statuts de licence ».
Il vient donc de lui adjoindre le bar et une petite épicerie fine. L’endroit est à l’image de son concepteur : coloré, délicieusement vintage, gourmand. La cave propose vins, bières, spiritueux et quelques boissons sans alcool, l’épicerie ajoute huile d’olive, sardines, terrines… Au bar à vin, on peut grignoter des planches de charcuterie, de fromage, de légumes, de poisson pour accompagner sa boisson favorite.

Brahim Haiouani, passion papilles et partitions

La Cave se rebiffe, à Salbris, c’est un petit trésor, une parenthèse hors du temps. Une cave à vin montée par un musicien professionnel – sur le logo, on voit Brahim Haiouani jouer de la contrebasse sur une bouteille géante. Pousser la porte de la cave, c’est pénétrer dans un univers rétro, généreux, cosy, vivant, chaleureux. À l’entrée, un petit pan de mur est animé d’étiquettes de bouteilles collées dans tous les sens. Au plafond, des fils métalliques soutiennent, telles des guirlandes festives, des milliers de pinces à linge en bois porteuses d’un prénom ou d’un message que chacun et chacune est invité à griffonner lors de son premier passage. La lumière des suspensions est filtrée par des bouteilles de vin et, bien sûr, les bouteilles sont partout. Partout. Tantôt sagement disposées sur des étagères ou dans des caisses, tantôt exposant crânement leur étiquette sur des tables, des tonneaux, des cartons, par terre… Dans ce joyeux fouillis de bouteilles, donc, parmi de vieilles affiches chinées au fil des années, Brahim propose des bières, des spiritueux, quelques boissons sans alcool (jus de fruits, tonics, mélanges de plantes…) et des vins, beaucoup de vins – quelque 300 références, dont des vins sur allocation*. Ses vins, Brahim les sélectionne selon des critères qui lui sont chers. « 98 % sont des vins de vignerons-récoltants, des gens que je connais, dont 70 à 80 % sont bio, en biodynamie ou naturels. Et je voulais la parité : 60 % des vins proposés à la cave sont produits par des vigneronnes. Idem pour les spiritueux. »

« Parisien défroqué »

Qui est donc ce Brahim Haiouani, à la personnalité lumineuse et à l’élégance fleurie ? Un « Parisien défroqué », selon ses propres termes. La musique, son premier métier, l’a amené à Salbris, où il est venu taquiner les cordes de sa contrebasse aux Copains d’Abord. L’amour l’a fauché et Brahim est venu s’installer dans le secteur, en 2003. Les confinements ont épuisé son métier de musicien (« sept concerts en deux ans… je tournais en rond ») et l’ont poussé vers son autre passion : le vin. En juin 2021, il a ouvert La Cave se rebiffe (hommage à un établissement parisien du même nom et à Michel Audiard, auteur des dialogues du film éponyme). « Je suis content de m’être sédentarisé. J’en avais un peu marre des trajets dans toute la France. » Il n’y avait plus de caviste à Salbris depuis des années, alors l’ouverture d’une nouvelle cave à vin a été très bien accueillie. « Ce qui a aidé aussi, c’est que beaucoup de gens de Salbris me connaissaient grâce à mon ancien métier de musicien. » Son passé de contrebassiste l’avait également mis en contact avec des vignerons… avec lesquels il a le bonheur de travailler aujourd’hui.

Pour se faire une clientèle, Brahim a décidé d’ouvrir des bouteilles et de miser sur la dégustation.  « Un vin, on a beau en parler… il faut le goûter. En plus, tous les palais sont différents. » Lesdits palais ont apprécié, la clientèle s’est fidélisée. Brahim connaît ses produits, ses clients et ses clientes, conseille ce qui convient le mieux à chaque personne. Avec ce caviste enthousiaste, généreux et passionné à la manœuvre, gageons que le bar à vin qui vient tout juste d’ouvrir fera pétiller les soirées salbrisiennes de moments de convivialité inoubliables.

* Certains vignerons de domaines réputés produisent de petites quantités de vins très convoités, qu’ils vendent à une clientèle fermée.

Julie Bind

6 bis, rue du Général Giraud – 41300 Salbris06 81 53 76 99
Cave ouverte du mercredi après-midi au dimanche matin
Site web
Facebook

©CD41/C.Chigot

Partagez l’article

Continuer votre lecture