Le Magazine du Loir-et-Cher

Accueil / À la loupe / Fée pâtissière

Fée pâtissière

Romorantin-Lanthenay
12 décembre 2023
Temps de lecture : 4 minutes

Partager l’article

Fée pâtissière
Fabienne Covello, ingénieure et pâtissière. ©CD41/C.Ananiguian

Ingénieure en mécanique chez Caillau depuis trente-neuf ans, Fabienne Covello a obtenu (en candidat libre) un CAP pâtisserie et monté un laboratoire professionnel suréquipé en plein Covid afin de proposer des ateliers de pâtisserie à des personnes en situation de handicap. « J’aime enseigner et partager, dit-elle. Ça donnait plus de sens encore de le faire pour ce public-là. Ce sont des personnes extraordinaires. » Deux ou trois jours par semaine, des groupes viennent préparer un dessert avec Fabienne et ses bénévoles. Le vendredi, elle est remplacée par un pâtissier bénévole, handicapé lui aussi. « Quelque chose passe entre lui et les jeunes. Ils se disent qu’ils ne sont pas les seuls… » Certains ne savent pas lire ? La fée pâtissière a transformé les recettes en bandes dessinées. À l’issue de la séance, chacun repart avec son dessert… et la recette en BD. Fabienne Covello savoure la concrétisation de son projet. « Je pourrais prendre plus de groupes, mais je travaille encore. » Gageons que sa retraite sera placée sous le signe de la gourmandise partagée.

Poursuivez votre lecture

Évasion gourmande

Quand Fabienne Covello s’est toquée d’ouvrir un atelier de pâtisserie pour personnes en situation de handicap, elle a commencé par présenter son projet à des professionnels pour recueillir leur avis. Devant l’enthousiasme des psychologues, elle a foncé.

Son CAP pâtisserie en poche – passé en candidat libre –, elle a lancé la construction du bâtiment sur ses deniers propres (avec un prêt bancaire). Elle a ensuite fait appel à des mécènes, des entreprises qui l’ont aidée à acquérir le matériel professionnel. « Ça a été le parcours du combattant : on était en pleine période covid », se souvient Fabienne. En plus du matériel professionnel « classique », l’ingénieure souhaitait deux tables de travail d’un type bien particulier : « Je voulais des tables qui s’ajustent en hauteur électriquement ». Ces tables coûtent cher (6 000 euros l’unité), mais sont indispensables pour le public auquel sont destinés ces ateliers : personnes en fauteuil roulant, enfants, personnes avec des douleurs de dos… « J’avais vu dans le programme de Brigitte Macron une orientation au sujet du handicap. Je lui ai écrit. Une semaine après, j’avais une réponse, via la préfecture de Blois. J’ai présenté le dossier plusieurs fois, en expliquant les avantages pour les petits, les fauteuils roulants, le mal au dos… Et ça a marché ! » Le résultat est bien là : « Beaucoup de pâtissiers qui viennent ici trouvent que le laboratoire est plus équipé qu’ailleurs… »

Des ateliers pour tous

L’organisation, en amont des ateliers de pâtisserie, est exigeante. Ce sont souvent les stagiaires qui choisissent à l’avance le dessert qu’ils souhaitent réaliser. Fabienne se charge des courses, voire des pesées si elle estime que le temps imparti sera trop juste pour l’entière réalisation de la pâtisserie. De la même façon, les bénévoles Marie-Pierre et Chrystel ne s’occupent de la vaisselle qu’en cas de recette trop chronophage. « Les stagiaires savent bien qu’ils ne sont pas là uniquement pour faire des gâteaux et qu’ils feront de la vaisselle aussi… » Vaisselle ou pas vaisselle, pesées ou pas pesées, les ateliers fonctionnent bien. « Quand je vois les sourires sur les visages des stagiaires quand ils quittent l’atelier… » s’enthousiasme Fabienne.

Les groupes de personnes de tous âges en situation de handicap viennent de plusieurs institutions telles que CMP, SESSAD, IME de Crouy-sur-Cosson, APAJH 18-25, APAH vieillissantes. « C’est vraiment génial, les stagiaires attendent ce moment de bonheur, d’évasion… » sourit Fabienne Covello, avant de se rembrunir : « Il y a des jeunes en situation de handicap qui veulent venir. Ils sont un peu plus autonomes, assez pour vivre dans des logements individuels et pas dans des structures spécialisées. On réfléchit à un moyen les faire venir. Je voudrais ne laisser personne sur le bas-côté ».

Animations régulières

Bon à savoir : si les ateliers de pâtisserie de Fabienne Covello sont ouverts deux ou trois fois par semaine aux personnes en situation de handicap, ils le sont également un samedi par mois pour tout public. « Ces sessions permettent de financer une partie des ateliers pour les personnes handicapées ».
Dans le même esprit, l’infatigable pâtissière anime des ateliers à la médiathèque de Romorantin-Lanthenay. Et aux Journées gastronomiques de Sologne (https://www.facebook.com/JourneesGastronomiquesdeSologneRomorantin).

D’ailleurs, cette année, un souhait cher au cœur de Fabienne s’est réalisé : qu’un jeune en institution participe au concours amateur des Journées gastronomiques. « Il a fait des cygnes en pâte à chou ». Et vous savez quoi ? Cerise sur le gâteau, ce jeune a remporté le concours. « Il est arrivé premier, sa maman était en larmes. » Une fierté qui brille également dans les yeux de Fabienne Covello, qui avait entraîné son jeune protégé à préparer la pâte à chou…

Julie Bind

m.covello@cegetel.net – 06 89 19 54 45
Facebook : revedetoques

Fabienne Covello, ingénieure et pâtissière. ©CD41/C.Ananiguian

Partagez l’article

Continuer votre lecture