Le Magazine du Loir-et-Cher

Accueil / À la loupe / Jardinier à vélo

Jardinier à vélo

Angé
10 octobre 2022
Temps de lecture : 4 minutes

Partager l’article

Jardinier à vélo
Alan Domalain, jardinier… à vélo ! ©CD41/C.Ananiguian

Parce qu’à défaut d’être un mordu de l’automobile, Alan Domalain est un adepte de l’exercice physique, il exerce son activité de jardinier à domicile à vélo — électrique, tout de même. Un moyen de déplacement qui limite d’emblée son champ d’action à un rayon de 10 km. Mais la limite, justement, lui convient bien. Dans sa charrette faite maison, il n’emporte que les outils — tous manuels — nécessaires au chantier. Le gros outillage est à fournir sur place. « Le travail manuel permet de prendre le temps d’analyser la taille, de ne pas se précipiter », dit-il de sa voix posée en choisissant ses mots. Ergothérapeute de profession, Alan Domalain insiste sur la nécessité de discuter, de comprendre le client pour répondre à ses attentes. « Il y a des tas de façons de concevoir la notion de « propreté » au jardin, par exemple », explique-t-il. Alors, plutôt que d’aller toujours plus vite et toujours plus loin dans ses chantiers, le néo-jardinier de 26 ans privilégie la relation, le temps, la discussion. Une manière de pratiquer son art à son échelle, à « Hauteur Dom ».


Poursuivez votre lecture

Sobre jardinier

À 26 ans, Alan Domalain a lancé son activité de jardinage à domicile à vélo. Une façon de s’imposer des limites et de concevoir son nouveau métier à contre-courant d’une société toujours pressée.

Sobriété. Même si l’actualité tend à le galvauder, c’est bien le terme qui surgit à l’issue d’une rencontre avec Alan Domalain. Derrière les épaules carrées et la coupe de cheveux façon « teufeur » se cache un ergothérapeute spécialisé en psychiatrie à la voix douce, au discours posé et aux mots choisis. Après avoir exercé son métier de soignant en Guyane française puis à Tours, le jeune homme de 26 ans a décidé de mener sa barque comme il l’entend, comprendre en trouvant du sens.

« Mesurer le geste »

Sans renier sa formation initiale, cet adepte des activités physiques et manuelles s’est octroyé la liberté de choisir. Choisir de mener parallèlement deux activités professionnelles au premier abord opposées : ergothérapeute à temps partiel et jardinier bricoleur à domicile. Surprenant ? « J’ai la fibre de la nature, du jardinage et j’aime varier les activités en allant au travail », répond-il simplement. Il aime apprendre aussi. Se renouveler. Expérimenter. Fils d’un paysagiste auprès de qui il puise à volonté conseils et littérature nécessaires, il teste grandeur nature ses gestes et sa pratique dans son immense jardin d’Angé en vallée du Cher. Le néo-entrepreneur met en avant le patient travail savant du sécateur plutôt que la tonte et la coupe thermiques chronométrées… « Le sécateur a l’avantage de mesurer le geste, de prendre le temps de lire l’arbre pour le respecter. On risque souvent de déborder avec un outil thermique. On a tendance à surexploiter des outils motorisés qui ne sont pas toujours nécessaires », affirme-t-il. Adepte de la fauche qui enrichit le sol et facilite la rétention d’eau, il n’est pour autant aucunement opposé à l’utilisation des tondeuse, taille-haie et autre coupe-bordure. Mais il assume de ne pas en proposer à ses clients. Et pour cause, il se déplace à vélo.

Alan Domalain, jardinier… à vélo ! ©CD41/C.Ananiguian
Alan Domalain, jardinier… à vélo ! ©CD41/C.Ananiguian
Alan Domalain, jardinier… à vélo ! ©CD41/C.Ananiguian

Jardinier à vélo

Dans sa charrette faite maison, Alan Domalain n’entasse que le strict minimum pour chaque chantier. Un choix parfaitement assumé. Peu adepte des véhicules motorisés, il a choisi de continuer à se passer de voiture en quittant Tours pour Angé. « J’aime l’activité physique et ça me permet de m’imposer des limites. » Géographiques d’abord puisqu’il ne propose ses services que dans un rayon de 10 km autour d’Angé. Et techniques donc, puisqu’il ne transporte aucun matériel encombrant. Une façon, aussi, ajoute-il en sous-texte, de ne pas systématiquement faire rouler un lourd camion plein d’outils pas toujours utiles… S’ils sont nécessaires aux travaux, les clients les lui mettent donc à disposition.

L’écoute au jardin

Loin de considérer cette limite comme un handicap, Alan Domalain en fait au contraire un atout. Celui de préférer à un portefeuille archi plein, une relation durable où l’écoute et la discussion guident ses gestes sur le long terme. « Ma formation d’ergothérapeute facilite l’écoute, la réflexion sur les attentes des clients. Il y a plein de façons de considérer le jardin. Prenez la notion de ‘jardin propre’ : elle est très différente selon les uns et les autres. Je veux comprendre mes clients pour m’adapter à leur conception du jardin. Alors, je peux répondre à leurs besoins et travailler avec eux sur le long terme. » Chez lui, Alan Domalain privilégie une gestion la moins interventionniste possible, un jardin productif, des espèces locales… Durabilité, soutenabilité, pérennité. Autant de mots qui font sens dans la bouche de ce sobre jardinier.

Alice Enaudeau
ahauteurdom@gmail.com
06 52 65 35 03
ahauteurdom

Partagez l’article

Continuer votre lecture