Le Magazine du Loir-et-Cher

Accueil / À la loupe / L’art et la matière

L’art et la matière

La Ferté-Beauharnais
11 octobre 2023
Temps de lecture : 4 minutes

Partager l’article

L’art et la matière
Stéphane Godart, ferronnier d’art. ©CD41/C.Chigot

Aujourd’hui ferronnier d’art, Stéphane Godart était, il n’y a pas si longtemps, chef de cuisine. Des fourneaux au fer à souder, pas de hasard, Stéphane marche dans les pas de son grand-père et de son père, qui l’ont précédé dans l’art de travailler le métal. « Entre deux services », Stéphane prête alors main-forte à son père, fondateur de l’atelier de la Gloriette. Celui-ci lui transmet les gestes, les techniques de mise en forme du fer, à chaud, à froid, du soudage. En 2021, quand son père passe la main, l’entreprise s’installe à La Ferté-Beauharnais et prend le nom de Famille Godart ferronnerie. Une cintreuse, des gabarits, un poste à soudure, « sans oublier un mètre ! »… Créatif passionné et novateur, Stéphane Godart mobilise son savoir-faire pour créer meubles de jardin, portails, marquises, verrières… pensés « pour durer toute une vie ». Parce que sa réputation le précède, Stéphane Godart, qui livre partout en France — rançon du succès — a en poche un carnet de commandes complet jusqu’en mai 2024. Patience !


Poursuivez votre lecture

Stéphane Godart ferronnier : l’art et la matière

Hier chef de cuisine, aujourd’hui ferronnier d’art, la reconversion professionnelle de Stéphane Godart ne relève pourtant pas du hasard. Des fourneaux au fer à souder, un sacré pas de côté qui va presque de soi pour Stéphane, tant le travail du métal se révèle un atavisme familial, son grand-père puis son père l’ayant précédé dans cette discipline. Cela démarre simplement quand , « entre deux services », il prête main-forte à son père, fondateur de L’Atelier de la gloriette

Une nouvelle voie

Une histoire qui devient un compagnonnage familial quand le père, dans l’exercice de son métier, prodigue à son fils les gestes, les techniques de mise en forme du fer (à chaud, à froid) et celles de soudage, ce qui est aussi une manière de préparer la suite. Stéphane Godart y trouve une nouvelle voie pour se réaliser, et donc un nouveau métier.
En 2021, après avoir passé quatre années à temps plein dans l’atelier paternel, il prend la tête de l’entreprise qui s’installe dans de vastes locaux à La Ferté-Beauharnais et qui s’appellera désormais Famille Godart Ferronnerie. En hommage à la tradition familiale.
En se mettant à son compte, seul dans l’atelier et donc maître à bord, il étoffe son offre, ce qui lui procure d’autres débouchés. De son atelier sortent de nouvelles créations, meubles de jardin, portails, marquises, verrières… « toutes garanties dix ans », mais pensées « pour durer toute une vie ». Une cintreuse, des gabarits, un poste à soudure, « sans oublier un mètre », novateur ; ce qu’aime par-dessus tout Stéphane, « c’est de partir d’un projet, façonner le métal, lui donner la forme voulue et aboutir à l’assemblage final ».

Donner vie aux envies

Particulièrement « fier de [son] travail » – et avec raison – et alliant savoir-faire, créativité, Stéphane aime à donner vie aux envies de ses clients « sans [se] poser de limites ». Exécutant des pièces uniques, reflet de sa personnalité et de son expérience, chaque courbe, chaque détail minutieusement exécuté témoignent de l’amour pour son métier afin de créer des œuvres esthétiques et fonctionnelles. Ainsi, un garde-corps élaboré par ses soins se révèle bien plus qu’un élément de sécurité et ses marquises ne se contentent pas de simplement protéger des intempéries. Et puis, l’aisance dans l’exécution de ses gestes l’autorise à métamorphoser le métal brut en fins pétales de rose, « des fleurs plus vraies que nature qui ne faneront jamais ! » 

L’atelier est ouvert au public, « uniquement sur rendez-vous ». Fort d’une solide réputation, Stéphane Godart est souvent en livraison aux quatre coins de l’Hexagone (Paris, Lyon, Côte d’Azur, Normandie…) ; là où les particuliers, comme les collectivités locales, lui font confiance pour embellir intérieurs, jardins ou espaces collectifs. De quoi remplir le carnet de commande jusqu’en mai 2024. Il faudra s’armer de patience ! 

Olivier Durand

06 69 40 94 25 (atelier) – 06 59 96 53 83 (bureau)
famille.godart.ferronnerie@gmail.com
latelier-de-la-gloriette.com

Partagez l’article

Continuer votre lecture