Le Magazine du Loir-et-Cher

Accueil / À la loupe / Subtilité sculptée

Subtilité sculptée

Pierrefitte-sur-Sauldre
11 octobre 2023
Temps de lecture : 3 minutes

Partager l’article

Subtilité sculptée
Bernard Ancillon, sculpteur. ©CD41/C.Ananiguian

« Une fois à la retraite, j’ai commencé par le bois. Je voulais créer mes propres objets. » De fait, la maison de Bernard Ancillon rayonne de la douceur de ses sculptures de toutes tailles (jusqu’aux monumentales dans son jardin) et de différentes matières, bronze, raku ou bois, mêlant avec élégance aérienne bois et bronze. L’artiste travaille selon deux démarches distinctes : « Soit je crée un objet.
Je fais un dessin, je cherche des formes élancées, des courbes, du mouvement… Après, je fabrique une maquette en terre, puis je construis. Soit l’objet existe (telles ces pièces de bois aux formes énigmatiques qu’il ramasse dans la Sauldre, NDLR) et je cherche ce que je peux en tirer. » Une fois qu’il a « lu » ce que proposait le bois, il l’aide à exprimer ici un cheval qui file au galop, là des oiseaux aux ailes déployées… De ces deux démarches qu’il qualifie lui-même de « passionnantes », Bernard Ancillon crée des œuvres subtiles, tout en courbes ou en ellipses dans lesquelles l’air et la lumière s’expriment tout autant que la matière.


Poursuivez votre lecture

Sculpter pour se faire plaisir

Bernard Ancillon confesse avoir toujours été attiré par les sculptures antiques ou modernes et annonce tout à trac une faiblesse pour Brancusi, Modigliani, Rodin – auxquels il adresse de jolis clins d’œil dans ses œuvres. Il s’est mis à sculpter une fois en retraite, suite à des stages chez des sculpteurs en Aveyron auprès desquels il s’est initié à la taille directe dans le bois et dans la pierre. « Après le bois, je me suis lancé dans le raku¹ », raconte-t-il, en précisant qu’il s’imaginait alors utiliser ses fours électrique et à raku pour y fondre du bronze avant de se rendre compte de la dangerosité de l’entreprise.

Bois et bronze

Bernard Ancillon travaille donc en parallèle avec un fondeur chez lequel il amène les pièces qu’il veut mouler. « J’ai toujours été intéressé par le bronze. C’est une matière noble. » Lui qui souhaitait modestement décorer sa maison avec ses propres œuvres s’est retrouvé à exposer et a découvert que son travail « parlait » à d’autres. « Je me suis aperçu que mes sculptures étaient appréciées », confie-t-il simplement. Quand il s’essaie au mélange des matières – bois et bronze – il fait dialoguer passé et présent, ancien et moderne, en mariant des sculptures en bronze de facture contemporaine à de vieilles poutres en chêne tout en élégance et en noblesse.

Une œuvre vivante

L’œuvre de Bernard Ancillon a ceci de vivante qu’elle ne se cantonne ni à une matière ni à un style. Entre la rondeur de ses bronzes, de facture tantôt classique tantôt moderne, l’originalité élégante de ses sculptures bi-matières, le moderne de ses sculptures monumentales, l’homme s’est également essayé aux figures Moaïs ou aux personnages éthiopiens…

« Je sculpte tranquillement, sans objectif particulier si ce n’est me faire plaisir… » Voilà peut-être d’où Bernard Ancillon puise l’originalité de son œuvre sans cesse réinventée, de sa liberté créative : du plaisir.

¹ Le raku est une technique de cuisson rapide développée au 16e siècle au Japon.

Julie Bind

Découvrez ses œuvres sur le site :
artistesduloiretcher.fr ou/et au domicile de l’artiste
(sur rendez-vous au 06 32 27 90 49).

Partagez l’article

Continuer votre lecture

Hommage au bois

Hommage au bois

Un bois brut métamorphosé, par exemple, en somptueux plateaux de table. Ces pièces uniques, toutes estampillées « Bois au naturel », valent à Claude Doreau une réputation au-delà du Loir-et-Cher.

lire plus