Le Magazine du Loir-et-Cher

Accueil / Dossier / Des livres à portée de main
Des livres à portée de main

Depuis le transfert des bibliothèques centrales de prêt aux départements en 1986, la direction de la lecture publique (DLP) est une compétence du conseil départemental. Mais qu’est-ce donc que cette DLP qui n’accueille pas directement le public ?
Ce dossier vous invite à parcourir ses rayons et ses missions, essentielles au fonctionnement des bibliothèques du département et au développement de la culture pour le plus grand nombre.

Dossier réalisé par Alice Enaudeau – Photos : Laurent Alvarez, Cyril Ananiguian, Cyril Chigot et Nicolas Derré

Développer les bibliothèques du département

Peu connue du grand public, la direction de la lecture publique (DLP) — située à Blois — soutient et développe l’offre des bibliothèques sur son territoire (bibliothèques communales, intercommunales, voire associatives).
Interlocutrice directe des bibliothécaires professionnels et bénévoles du département, sans pour autant exercer de tutelle, elle leur propose des actions de formation initiale et continue, des prêts de documents complémentaires à leurs ressources propres, des actions culturelles.
La DLP est également l’interlocutrice des collectivités pour tous les projets d’implantation ou de développement de bibliothèques dans le cadre de missions de conseil, d’accompagnement de projet et de cofinancement.

MISSIONS PRINCIPALES DE LA DLP :

  • enrichir son propre fonds documentaire pour le mettre à la disposition des bibliothèques communales et intercommunales ;
  • développer les services innovants pour le grand public par la formation et la médiation auprès des bibliothécaires ;
  • renforcer l’action culturelle dans les bibliothèques en mettant des outils diversifiés à leur disposition (kits d’animation, mallettes de jeux…) et en organisant des événements culturels ;
  • développer les territoires en aidant les collectivités à élaborer des projets dits « projets culturels et scientifiques en matière de lecture publique ».

« Un accès à la lecture pour tous »

Tania André ©CD41/N. Derré

Deux questions à Tania André, vice-présidente du conseil départemental chargée de la vie associative, de la culture et des sports.

Loir & Cher info : Quel est le rôle du département auprès des bibliothèques de Loir-et-Cher ?

Tania André : Depuis plus de vingt ans, le département mène une politique de développement de la lecture publique en accompagnant au quotidien les collectivités.
Cet engagement a d’ailleurs été réaffirmé par l’adoption du plan départemental en faveur de la lecture publique 2019-2026 autour du développement des bibliothèques, du déploiement d’outils numériques, mais aussi de l’accès à la lecture et à la culture pour tous, y compris les plus fragiles. La DLP s’appuie sur un réseau riche et diversifié de 120 bibliothèques.

L. C. I. : Comment cela se traduit-il ?

T. A. : La DLP vient en appui des bibliothécaires professionnels et des nombreux bénévoles pour assurer aux Loir-et-Chériens un accès de proximité à la culture et aux collections de livres. S’y ajoutent des ressources en ligne et des outils innovants tels que le FabLab itinérant ou la Micro-Folie et des festivals autour du conte, pour les tout-petits, ou de la création numérique.
Le département fait vivre les bibliothèques en ruralité, il y a des propositions pour tous les publics.


Un soutien financier multisectoriel

Lecture à la bibliothèque de Faverolles-sur-Cher. ©CD41/C. Ananiguian

Pour faciliter le développement des bibliothèques, la direction de la lecture publique accorde des subventions dédiées à l’investissement, à l’emploi et à l’action culturelle.

Les aides financières relatives aux équipements et aux investissements mobiliers, aux investissements numériques, aux études préalables à l’élaboration d’un projet culturel de territoire en matière de lecture publique peuvent couvrir entre 30 et 60 % du montant HT selon le statut de la bibliothèque.
Celles concernant l’emploi d’un(e) salarié(e) professionnel(e) peut se chiffrer à 2 000 € par an, à condition d’élaborer un projet culturel et scientifique de territoire mobilisant les petites bibliothèques des communes avoisinantes.
Enfin, les subventions à l’action culturelle peuvent se chiffrer entre 50 et 70 % des dépenses en fonction des actions proposées.
Ces aides sont conditionnées au respect de critères (surface, crédits d’acquisition de documents et horaires d’ouverture) en fonction du nombre d’habitants couverts par l’établissement.

DES VOLONTAIRES EN SERVICE CIVIQUE POUR LA MÉDIATION CULTURELLE
Faire connaître les bibliothèques, leurs services et faciliter leur appropriation par les publics éloignés demande du temps. Le département recrute donc des volontaires en service civique pour assurer cette mission dans les bibliothèques. Le conseil départemental s’occupe du recrutement et prend en charge les indemnités financières, tandis que la collectivité d’accueil assure les conditions matérielles nécessaires à la mission.

Un service de proximité

Vincent Drévillon assure les navettes entre le fonds de la DLP et les bibliothèques.
« Chaque bibliothèque dispose de son propre fonds de documents, qu’elle peut enrichir toute l’année grâce aux ressources complémentaires de la DLP. Deux fois par an, les bibliothécaires viennent faire une importante sélection d’environ 400 à 800 documents dans nos locaux, à Blois. Le reste de l’année, nous assurons des navettes chaque semaine pour livrer et récupérer les documents réservés en ligne, mallettes d’animation ou matériel d’exposition aux bibliothèques qui en font la demande. Ce service de proximité leur permet de présenter un fonds renouvelé en permanence et de répondre aux demandes spécifiques de leurs usagers. »

Vous ne trouvez pas le document que vous cherchez dans votre bibliothèque ?
Consultez le portail lecture41.culture41.fr : s’il s’y trouve, demandez-le à votre bibliothécaire. Il sera livré dans les quinze jours.


Accompagner les tout-petits vers le livre

Les études sont formelles : un rapport précoce au livre et à la lecture sous toutes ses formes facilite l’accès aux arts et à la culture. Ainsi, la DLP organise des actions festives et propose des accompagnements aux familles.

COLLECTIONS POUR LES 0-3 ANS
Inciter les familles à fréquenter les bibliothèques : c’est l’objet du fonds de documents dédié que la DLP propose aux bibliothécaires pour familiariser le très jeune public avec le livre.

ANIMATIONS POUR LE JEUNE PUBLIC
Avec une approche ludique et originale, les supports d’animation comme les raconte-tapis ou les kamishibaïs (théâtre de papier, NDLR) facilitent l’entrée dans la lecture. La DLP propose ainsi de nombreux outils prêts à l’emploi pour organiser des temps d’animation.

« RACONTE-MOI » : DES SPECTACLES VARIÉS POUR LES PETITS (0-6 ANS)
Chaque année au printemps, le festival « Raconte-moi » propose une série de spectacles gratuits dans les bibliothèques. Pour les 0-3 ans, des artistes mêlent la lecture à la danse, la musique ou le jeu théâtral… Les 4-6 ans, quant à eux, bénéficient d’ateliers de création avec des auteurs jeunesse.

« AMIES VOIX » : DES CONTES POUR PETITS… ET GRANDS
En septembre-octobre, place est faite au conte et aux arts de la parole avec le festival « Amies voix ». Des conteurs, comédiens professionnels, viennent ravir les oreilles des petits et des grands pour éveiller au spectacle vivant.
Chaque année, 25 spectacles gratuits sont accueillis par les bibliothèques.

Spectacle Amies Voix avec Cécile Bergame, à Mont-près-Chambord
Spectacle Amies Voix avec Cécile Bergame, à Mont-près-Chambord. ©CD41/C. Ananiguian

DES LIVRES À SOI

Comment transmettre le goût des livres et de la lecture à son enfant lorsqu’on est soi-même empêché et qu’on ne fréquente pas les bibliothèques ?


C’est justement pour rendre le livre accessible à ce public que le ministère de la Culture a créé Des livres à soi. Mené avec la direction enfance famille du conseil départemental, le dispositif permet à des parents volontaires — usagers de la PMI (Protection maternelle et infantile) — de s’engager dans un parcours de six mois pour lever les freins face au livre et s’investir dans la lecture à voix haute auprès de leurs enfants.
Au programme : ateliers lecture avec les enfants dans des lieux familiers (PMI, relais petite enfance…), visite du salon du livre Délires de lire à Saint-Gervais-la-Forêt, visite d’une bibliothèque et d’une librairie.
Pour sa première édition, le dispositif est mené cette année avec les PMI de Vendôme et de Blois agglomération. En fin de cycle, une journée festive réunira les parents et intervenants de ces deux secteurs.


Un lieu de sociabilité et d’ouverture

Ouverte en 2004 dans l’ancienne fonderie du village, la médiathèque de Fréteval est gérée par la communauté de communes du Perche et Haut Vendômois. Outre les rayonnages de documents, elle propose de nombreuses animations aux usagers.

Céline Millet, responsable de la médiathèque de Fréteval ©CD41/L. Alvarez

« Ici, on ne chuchote pas, on parle ! » Ce mercredi matin, tandis que leurs enfants sont en quête de pépites dans les bacs, les mamans discutent dans l’espace jeunesse de la médiathèque. « La bibliothèque n’est plus un lieu silencieux réservé aux initiés, c’est devenu un tiers-lieu où on emprunte des documents et où on rencontre aussi ses voisins », défend Céline Millet, la responsable. On vient autant s’isoler pour travailler que s’initier au numérique ou emprunter une montagne de livres. La médiathèque mène par ailleurs des actions avec des publics spécifiques : sensibilisation au harcèlement numérique avec les collégiens de Morée, découverte du logiciel Pronote dédié aux parents du même collège, en lien avec le centre de ressources illettrisme alphabétisation (Cria) 41… « On a une vraie dimension sociale », dit-elle.

Pour assurer sa mission, l’équipe composée de Céline Millet, Katia Germaneau, chargée des animations jeunesse, et Pierre Pinet, conseiller numérique, s’appuie sur les ressources de la DLP. « C’est un réel moteur organisationnel. Deux fois par an, elle organise une réunion de réseau avec les bibliothèques du secteur, qui sont autant des temps d’échanges entre collègues que de découverte des nouveautés proposées. » Chargée de l’animation, Katia a bénéficié de formations à la DLP pour utiliser les différents dispositifs (raconte-tapis ou kamishibaïs). C’est aussi en s’appuyant sur les ressources de la DLP qu’elle a développé le fonds « Premières lectures » ou celui dédié aux enfants dyslexiques. Quant aux ressources complémentaires en ligne de la DLP (voir p. 19), les bibliothécaires ne tarissent pas d’éloges : « On le vante en permanence à l’accueil ! On est très bien lotis avec cette DLP ! », conclut en souriant Céline Millet

Virginie et ses enfants (à gauche) – Audrey et ses deux filles. ©CD41/L. Alvarez

Un lieu d’accès à la culture

Avec ses trois enfants de 4 ans, 7 ans et 8 ans et demi, Virginie vient toutes les semaines à la médiathèque.
« Les enfants y retrouvent leurs copains, c’est un chouette lieu de rencontre autour du livre. L’accès à Internet m’a été bien pratique à un moment où nous étions très mal desservis dans notre hameau. Avec toutes les expos et les ateliers proposés aux enfants, c’est un vrai lieu d’accès à la culture, alors que les propositions culturelles ne sont pas nombreuses en milieu rural. »

Moment en famille

Maman de deux fillettes de 6 et 9 ans, Audrey est une habituée de la médiathèque. « Depuis que ma fille aînée a eu 3 ans, nous venons un mercredi par mois environ et pendant les vacances scolaires.
Ça nous permet de passer un moment en famille. On y trouve des livres magnifiques. Et grâce aux animations kamishibaï de Katia, ma fille aînée en fabrique maintenant à la maison ! »


Poursuivez votre lecture

Plus de témoignages avec la bibliothèque de Lestiou.

Brigitte Deloge, bénévole à la bibliothèque de Lestiou

« Depuis février 2021, nous sommes une nouvelle équipe de bénévoles à la bibliothèque/ludothèque  de Lestiou (lestiou.fr/vie-communale/bibliotheque). La présidente de l’époque a démissionné en décembre 2020 et on s’est retrouvés parachutés dans ce lieu magnifique, un ancien presbytère aménagé en bibliothèque.

En ce qui me concerne, j’évoluais à Paris dans le milieu de la finance avec beaucoup de sorties culturelles. En arrivant à Lestiou, j’allais à la bibliothèque, mais il y avait peu de bénévoles à l’époque (en septembre 2020). Je me suis proposée (je suis retraitée), car le maire souhaitait que ce lieu soit actif, vivant. Il a sollicité André Lambert, nouvellement installé, qui a accepté d’être président de l’association. Emmanuelle Laurent-Beaulieu est la trésorière, Audrey Jolly-Daumain s’occupe de la communication et je suis la secrétaire. Sept bénévoles nous ont rejoints, il y a une émulsion entre nous.

Nos adhésions à l’année s’élèvent à 5 € par personne ou par famille. Nous avons même des adhérents qui viennent de Josnes grâce à la ludothèque, c’est notre force.

Nos animations

Nous avons tous envie de faire vivre ce lieu avec une ou deux animations par mois. Notre public est composé de familles, parents avec jeunes enfants, et de retraités. Nous avons même organisé avec la direction de la lecture publique (DLP) une animation numérique pour les adolescents.

Depuis octobre 2021, j’organise des lectures pour adultes le jeudi, de 10 h 30 à 11 h 30. J’ai suivi deux formations à la DLP à ce sujet, dont une en novembre avec des comédiens professionnels d’Orléans : ce sont des formations de qualité. J’en avais suivie une autre plus tôt (sept modules pendant six mois), très intéressante aussi, sur le thème « Gérer, organiser une bibliothèque ». On se retrouve avec des salariés de médiathèques – c’est leur métier – qui sont de jeunes diplômés, il y a une mixité de générations importante, c’est le plus !

Ma prochaine lecture aura lieu le jeudi 12 janvier ; je réfléchis encore au thème qui sera sans doute lié aux femmes, illustres et combattantes comme Marie Curie, Sophie Adenot, la nouvelle spationaute française, etc. Je pense déjà à des poèmes, des contes de Colette notamment.

Au départ, 5 personnes y assistaient, aujourd’hui il y a 10 à 11 auditeurs fidèles !  Je choisis un thème et je recherche des textes, des poésies, des contes, une anthologie. Au départ, cela durait un quart d’heure, maintenant, c’est une heure ! (Je passe quatre jours de travail pleins pour cette lecture). Mais cela fait plaisir aux personnes qui viennent. On boit un café, on mange un gâteau, c’est convivial.

Les lectures pour enfants

Nous empruntons à la DLP des kamishibaï (théâtres de papier), cela plaît beaucoup. Récemment, une soirée pyjama a été organisée (de 18 h à 20 h) avec trois coins cocooning, trois tipis, des histoires… C’était la première du genre, nous avons eu 15 enfants et 10 parents !
On essaie de faire une lecture par mois.

Le samedi 4 février, nous allons organiser une animation crêpes à la salle d’Avaray.

Autres événements

Nous organisons aussi des soirées littéraires : la prochaine est prévue le samedi 21 janvier, de 20 h à 22 h, et se fera à la rencontre d’auteurs locaux. Sont prévues : Audrey Gaillard (https://www.babelio.com/auteur/Audrey-Gaillard/368012) et madame Peschard.

Par ailleurs, Audrey Jolly-Daumain anime des ateliers tous les deux à trois mois pour des occasions spéciales : printemps, Noël, etc.

De plus, lors de chaque manifestation prévue dans le village, nous préparons une animation au sein de la bibliothèque. Nous avons organisé un concours de dessins avec l’école et un illustrateur est même venu faire des dédicaces.

Cette année, nous avons accueilli une animation lors du festival Amies Voix, organisé par la DLP (https://lecture41.culture41.fr/bib-41/festival-amies-voix). Ça a très bien marché, nous avons accueilli 55 personnes (dont 25 enfants qui ont eu un goûter dans la cour de la mairie…). C’était un spectacle autour du langage des signes, nous étions ravis !

Nous envisageons un troc de graines au printemps.

Une équipe soudée

« Ce qui est important, c’est que nous sommes une équipe soudée. Nous avons beaucoup de travail, chacun dans son domaine. C’est certain, sans les bénévoles des permanences, cela ne pourrait pas fonctionner. Ce travail au sein de la bibliothèque nous apporte beaucoup de bonheur. »

La bibliothèque est ouverte mercredi et samedi, de 16 h à 18 h
1, rue de l’école – 41500 Lestiou
02 54 81 06 24


Lutter contre l’illettrisme

Les bibliothèques ont pour mission de familiariser tout un chacun avec le livre et la lecture, afin de pouvoir mieux repérer les personnes en situation d’illettrisme. Dans ou hors les murs, l’objectif de la DLP est donc de faciliter l’inclusion de tous les publics et de renforcer le rôle social de proximité de ces lieux de vie. Cette action s’inscrit dans le cadre plus large du plan départemental de lutte contre l’illettrisme et l’illectronisme piloté par Geneviève Baraban, ex-conseillère départementale.

Former les professionnels de la petite enfance

L’accès au livre dès le plus jeune âge est fondamental pour encourager à la lecture. Des formations interprofessionnelles (bibliothécaires, professionnels de la petite enfance, assistants familiaux) de sensibilisation à la lecture des tout-petits sont assurées par l’association Livre passerelle.
Ces actions permettent, par ailleurs, de tisser des liens entre les bibliothèques, les relais petite enfance et les services de la PMI pour amener le livre dans les endroits fréquentés par les familles.

On peut lire dès le plus jeune âge. ©CD41/C. Ananiguian
Avec les espaces « Facile à lire », chacun peut accéder à la lecture. ©CD41/C. Ananiguian

Proposer des collections inclusives

Lecteurs souffrant de troubles « dys », lecteurs mal ou non-voyants, autistes… De plus en plus d’ouvrages conçus pour les jeunes lecteurs empêchés par un handicap sont disponibles, repérables à leur vignette « Lecture aidée ».
Les espaces « Facile à lire » ont, quant à eux, vocation à répondre aux besoins du public adulte en situation d’illettrisme ou en cours d’apprentissage du français grâce à des documents conçus pour eux. Souvent installés à l’entrée des bibliothèques ou à proximité des points conseils, ils doivent être facilement accessibles par les lecteurs concernés. Les collections « Facile à lire » concernent tous les types de documents (romans, BD, documentaires…).

Tisser des liens avec les structures sociales

Disposer de documents accessibles est une chose, les faire connaître et attirer le public concerné en est une autre. La médiation est donc essentielle au travail des bibliothécaires.
Formées et soutenues par la DLP, les bibliothèques qui intègrent les collections « Lecture aidée » ou « Facile à lire » s’engagent ainsi à nouer des partenariats avec les structures locales — écoles, Ehpad, foyers d’accueil, centres de formation… — pour faire connaître les collections aux publics dédiés.

Sortir des bibliothèques

Grâce aux Ideas Box, bibliothèques nomades créées par Bibliothèques sans frontières, il est possible de déployer une minimédiathèque en deux temps trois mouvements dans une structure spécialisée, sur un marché ou un événement quelconque pour aller vers le public. Une manière originale et ludique de toucher une population fragile ou de faire connaître un point lecture ou une petite bibliothèque.
lecture41.culture41.fr/bib-pro/bibliotheque-accessible



Diffuser les pratiques innovantes et numériques

Non, une bibliothèque n’est pas un sanctuaire dédié au livre. C’est, au contraire, un espace vivant consacré à la culture, y compris scientifique ou numérique. Espace ressource de référence, la DLP propose de nombreux outils destinés à faire connaître les nouvelles pratiques.

En 2019, la DLP a obtenu le label « Bibliothèque numérique de référence » pour ses actions menées depuis 2011 : installation de 85 « Points Net » permettant l’accès gratuit à Internet, fourniture de liseuses et de tablettes pour le prêt et la consultation sur place.
Avec le développement exponentiel des outils et des pratiques connectés, la DLP élargit son action pour faciliter l’accessibilité de cette culture émergente.

VAGABONDAG(E)S : LE FESTIVAL DE CRÉATION NUMÉRIQUE

Tous les ans au printemps, le festival Vagabondag(e)s vise à sensibiliser le plus grand nombre aux outils numériques et à faire découvrir la création artistique numérique.
Pendant trois semaines, la programmation, entièrement gratuite, allie spectacles en tous genres présentés par des compagnies professionnelles et ateliers accessibles à tous animés par les artistes pour manipuler et créer soi-même avec les outils numériques

MICRO-FOLIE : LES MUSÉES DU MONDE À PORTÉE DE CLIC

Ah, pouvoir consulter les collections des plus grands musées nationaux et internationaux à proximité de chez soi ! Avec la Micro-Folie, ce n’est plus un rêve mais bien une réalité… virtuelle.
Acquis fin 2021 par la DLP, ce musée numérique itinérant a vocation à parcourir les bibliothèques pour y rester trois à quatre mois par déploiement.
Visites libres sur les tablettes numériques en consultation ou thématiques lors des ateliers et conférences animés par la médiatrice culturelle, Florine Albert, les possibilités sont variées pour accéder facilement aux plus de 2 000 oeuvres contenues dans ce micro-musée virtuel.

UN FABLAB ITINÉRANT

Robots Bee-Bot d’initiation à la robotique à partir de 3 ans ou Cubeto pour découvrir le codage dès 4 ans, MashUp Box d’initiation au montage vidéo, découpeuse numérique, drone, dispositif d’immersion en réalité virtuelle adapté aux personnes âgées, tablette graphique… Ce n’est plus un FabLab, c’est une véritable caverne d’Ali Baba que ce BibLab de la DLP réalisé avec le concours du ministère de la Culture ! L’objectif : initier à la culture scientifique et technique lors d’ateliers et de démonstrations assurés dans les bibliothèques par un médiateur numérique


Une mine de ressources en ligne

Grâce à leur abonnement dans les bibliothèques du réseau départemental1, tous les Loir-et-Chériens ont accès gratuitement à une multitude de contenus en ligne. Une seule adresse : lecture41.culture41.fr/bib-7-7. Petit tour du propriétaire.

LA LECTURE

Accéder à plus de 1 000 magazines en ligne : c’est ce que propose la plate-forme Cafeyn, à installer directement sur votre smartphone. Abonnement qui vous permet aussi d’emprunter directement des livres numériques récents sur smartphone, PC ou liseuse ou de télécharger des ouvrages gratuits pour les conserver, les copier ou les partager.

LE CINÉMA

Grâce à la Médiathèque numérique, vous accédez aux programmes issus du catalogue d’Arte et d’UniversCiné, une collection riche proposant films français et étrangers, documentaires, dessins animés comme ceux du studio Ghibli, de quoi satisfaire tous les goûts et tous les publics… La DLP vous propose également une sélection de sites permettant l’accès à des contenus gratuitement et en toute légalité !

LA MUSIQUE

La plateforme diMusic vous permet d’accéder librement et de manière illimitée à un catalogue de plus de 3 millions de titres et à près de 300 000 artistes de la scène indépendante.
Découvrez également une sélection de sites permettant l’accès gratuit à des concerts ou à de la musique libre.

LES JEUX

Jeux PC à télécharger avec diGame, sélection de jeux et quiz en ligne : la proposition est vaste !

LA FORMATION INDIVIDUELLE

Langues étrangères, code de la route, développement personnel, numérique et bureautique, droit, cuisine, nutrition… La plateforme ToutApprendre propose une multitude de cours accessibles en ligne gratuitement.
Le site Gerip Compétences est, quant à lui, dédié à l’apprentissage des compétences de base pour les personnes en situation d’illettrisme, d’illectronisme, souffrant de troubles « dys » ou en cours d’apprentissage du français. Enfin, l’abonnement permet de consulter l’Encyclopædia Universalis dans son intégralité. Un must !


Témoignage : Brigitte Deloge, bénévole à la bibliothèque de Lestiou

« Depuis février 2021, nous sommes une nouvelle équipe de bénévoles à la bibliothèque/ludothèque de Lestiou. La présidente de l’époque a démissionné en décembre 2020 et nous nous sommes retrouvés 3 bénévoles sans grande connaissance dans ce lieu magnifique, un ancien presbytère aménagé en bibliothèque. Il y avait peu de bénévoles à l’époque (en septembre 2020).
En ce qui me concerne, j’évoluais à Paris dans une banque internationale, en ressources humaines. J’ai toujours aimé la lecture, l’écriture. En arrivant à Lestiou, après une vie professionnelle intense, j’avais besoin d’une activité. En allant à la bibliothèque, j’ai trouvé l’endroit idéal. Après la démission de l’équipe en place, il fallait continuer à faire vivre ce lieu, le maire souhaitait qu’il soit actif, vivant.

Émulation
Une nouvelle équipe a été constituée. André Lambert, nouvellement installé à Lestiou, a accepté d’être président de l’association. Emmanuelle Laurent-Beaulieu est la trésorière, Audrey Joly-Dauman s’occupe de la communication et je suis la secrétaire. Sept bénévoles nous ont rejoints, il y a une émulation entre nous.
Nos adhésions à l’année s’élèvent à 5 € par famille. Nous avons même des adhérents qui viennent de villages voisins : Josnes, Tavers, Courbouzon, Mer… grâce à la ludothèque, c’est notre force.

Nos animations
Nous avons tous envie de faire vivre ce lieu avec une ou deux animations par mois. Notre public est composé de familles, parents avec jeunes enfants, et de retraités. Nous avons même organisé avec la direction de la lecture publique (DLP) une animation numérique pour les pré-adolescents.
Depuis octobre 2021, j’organise des lectures pour adultes un jeudi par mois, de 10 h 30 à 11 h 30. J’ai suivi deux formations à la DLP à ce sujet, dont une en novembre avec des comédiens professionnels d’Orléans et Beaugency : ce sont des formations de qualité. J’en avais suivi une autre plus tôt (sept modules pendant six mois), très intéressante aussi, sur le thème « Gérer, organiser une bibliothèque ». On se retrouve avec des salariés de médiathèques – c’est leur métier – qui sont de jeunes diplômés, il y a une mixité de générations importante, c’est le plus ! Nous sommes également bien épaulés par nos référentes de la DLP.
Ma prochaine lecture aura lieu le jeudi 12 janvier ; je réfléchis encore au thème qui sera sans doute lié aux femmes, illustres et combattantes comme Marie Curie, Sophie Adenot, la nouvelle spationaute française, etc. Je pense déjà à des poèmes, des contes des textes de Colette, entre autres.
Au départ, 5 personnes y assistaient, aujourd’hui il y a 10 à 11 auditeurs fidèles ! Je choisis un thème et je recherche des textes, des poésies, des contes, une anthologie. Au départ, cela durait un quart d’heure, maintenant, c’est une heure ! Je passe quatre à cinq jours de travail pleins pour cette lecture. Mais cela fait plaisir aux personnes qui viennent. L’ambiance est conviviale autour d’un café, d’un gâteau.

Les lectures pour enfants
Nous empruntons à la DLP des kamishibaï (théâtres de papier), cela plaît beaucoup. Récemment, une soirée pyjama a été organisée (de 18 h à 20 h) avec trois coins cocooning, deux tipis, des histoires… C’était la première du genre, nous avons eu 15 enfants et 10 parents !
On essaie de faire une lecture par mois.
Le samedi 4 février, nous allons organiser une animation crêpes-jeux à la salle d’Avaray.

Autres événements
Nous allons organiser une soirée littéraire le samedi 21 janvier, de 20 h à 22 h, à la rencontre d’auteurs locaux. Sont prévues : Audrey Gaillard et Annie Peschard.
Par ailleurs, Audrey Joly-Daumann anime des ateliers créatifs tous les deux à trois mois pour des occasions spéciales : printemps, Noël, etc.
De plus, lors de chaque manifestation prévue dans le village, nous préparons une animation au sein de la bibliothèque. Nous avons organisé un concours de dessins avec, en lien, le thème travaillé de l’école. En décembre, un illustrateur est même venu pour la remise des prix du concours et a fait des dédicaces.
Cette année, nous avons accueilli une animation lors du festival Amies Voix, organisé par la DLP. Ça a très bien marché, nous avons accueilli 55 personnes dont 25 enfants. Après le spectacle, un goûter a été offert par la mairie…. C’était un spectacle autour du langage des signes, nous étions ravis du succès auprès des enfants et des parents !
Nous envisageons un troc de graines au printemps.

Une équipe soudée
Ce qui est important, c’est que nous sommes une équipe soudée. Nous avons beaucoup de travail, chacun dans son domaine. C’est certain, sans les bénévoles des permanences, cela ne pourrait pas fonctionner. Ce travail au sein de la bibliothèque nous apporte beaucoup de bonheur. »

Propos recueillis par Anne Sarazin

Info +
La bibliothèque est ouverte mercredi et samedi, de 16 h à 18 h
1, rue de l’école – 41500 Lestiou
02 54 81 06 24

Emmanuelle Laurent-Beaulieu, trésorière, André Lambert, président, Brigitte Deloge, secrétaire, et Audrey Joly-Dauman, en charge de la communication. ©CD41/L. Alvarez

Partagez l’article

Continuer votre lecture

Créations vertueuses

Créations vertueuses

Vanessa Vatan aime travailler la terre à grès, celle de Saint-Amand-en-Puisaye (58) en particulier. Récemment, elle a appris que son grand-père et son arrière-grand-père étaient potiers… et utilisaient ce même matériau venu de Bourgogne. Si elle se déclare « céramiste autodidacte », ses réalisations parlent pour elle.

lire plus
Sculpteur et plus encore

Sculpteur et plus encore

Glisser Robert Hébrard dans un profil relève de l’impossible. C’est donc devant l’impossibilité d’un choix qu’il a endossé tous les habits de la créativité artistique. Musicien, écrivain un peu « barré » à son heure, facteur génial d’instruments de musique aussi originaux qu’inattendus, certains étant destinés à la formation pédagogique musicale.

lire plus